- PUBLICITÉ -

«Le dépistage de la COVID-19 est un service d’importance pour contrôler la transmission du virus», note Rosemonde Landry.

COVID-19: La hausse des cas se poursuit dans la région

C’est à Saint-Jérôme qu’on dénombrait, le 15 octobre dernier (au relevé hebdomadaire publié par le Centre intégré de santé et de services sociaux (CISSS) des Laurentides), le plus de cas de COVID-19 depuis le début de la pandémie.

Notons tout de même que, selon les chiffres dévoilés par le CISSS, on enregistrait 22 cas supplémentaires (834 cas, comparé à 812 personnes infectées une semaine plus tôt) et 30 cas actifs (en comparaison de 60 la semaine précédente).

Dans Laurentides, Saint-Jérôme devançait (en nombre de cas) Blainville (655), Mirabel (568), Saint-Eustache (570), Sainte-Thérèse (411) et Boisbriand (353).

Les quatre MRC du sud de la région (qui, on le sait, se retrouvent en zone rouge depuis plus de trois semaines) affichaient au 15 octobre un total de 4 855 cas, en hausse de 316 (+ 7 %) sur la semaine précédente (4 539).

Selon les chiffres compilés par MRC, ça donne 1 931 cas pour Thérèse-de Blainville, 1 289 pour Rivière-du-Nord, 1 067 pour Deux-Montagnes et 568 pour Mirabel.

Bien entendu, la concentration de la population laurentienne dans les quatre MRC en question y est pour beaucoup.

Précisons également que les trois MRC du sud de la région font partie de la Communauté métropolitaine de Montréal (CMM) qui est encore passablement touchée actuellement par la COVID-19.

Considérons aussi que le gouvernement du Québec greffe la MRC de la Rivière-du-Nord aux trois autres pour fins d’application des zones de couleurs et des mesures s’y rattachant.

Aînés

En outre, la situation est devenue plus difficile au niveau des aînés.

C’est le cas dans certaines résidences privées pour aînés (RPA), selon les statistiques affichées dans le tableau du ministère de la Santé et des services sociaux (MSSS) au 17 octobre, dont la Résidence l’Artisan (Saint-Eustache) avec sept résidents actuellement atteints de la COVID-19 et un décès (depuis le début de la pandémie), le Manoir Les Retrouvailles (Saint-Jérôme) avec cinq cas et un décès et la résidence Vice Versa avec trois cas et aucun décès qui sont considérés «sous surveillance».

Il en va de même du CHSLD Michèle-Bohec (Blainville) avec sept cas et 12 décès (toujours depuis le début de la pandémie), du Centre d’hébergement de Saint-Eustache avec quatre cas et 11 décès et du CHSLD Louise-Faubert (Saint-Jérôme) avec trois cas et aucun décès.

Résultats plus rapides

Par ailleurs, le CISSS des Laurentides annonçait la semaine dernière que la transmission des résultats négatifs de dépistage de la COVID-19 est dorénavant possible par messagerie texte.

«Cette fonctionnalité, qui sera graduellement déployée dans la région, réduira les délais de réponse tout en offrant une confirmation écrite. La solution aura un impact considérable auprès des personnes en attente de leur résultat et leur entourage», considère-t-on du côté du CISSS.

Pour Rosemonde Landry, présidente-directrice générale du CISSS des Laurentides, il s’agit d’une amélioration notoire dans le contexte.

«Le dépistage de la COVID-19 est un service d’importance pour contrôler la transmission du virus. Plus de 1 000 prélèvements sont effectués chaque jour dans les Laurentides et ce sont autant de personnes que nous devons contacter chaque jour pour leur transmettre le résultat de leur test afin qu’elles soient en mesure de respecter les consignes nécessaires», souligne-t-elle.

Il est important de noter que la transmission des résultats par messagerie texte sera utilisée uniquement pour les résultats négatifs.

«La Direction de la santé publique continuera de joindre par téléphone les personnes dont le résultat est positif afin d’assurer un suivi personnalisé et de démarrer rapidement l’enquête», précise-t-on.

Zones sécurisées

De plus, on annonçait vendredi dernier que le CISSS des Laurentides identifie actuellement certaines zones sécurisées à l’Hôpital Laurentien de Sainte-Agathe-des-Monts et à l’Hôpital de Saint-Eustache «afin d’être prêt, au besoin, à y recevoir des usagers positifs à la COVID-19».

Jusqu’à maintenant, les cas de COVID-19 de la région était traités à l’Hôpital régional de Saint-Jérôme. On continue, néanmoins, d’y maintenir la disponibilité des lits et le centre hospitalier demeure le milieu désigné pour les cas nécessitant des soins intensifs.

 

 

COVID.jpg

 

- PUBLICITÉ -

La dernière édition

- PUBLICITÉ -
Top