- PUBLICITÉ -

(Photo par Atoms - Unsplash)

Fermeture des commerces non essentiels: un autre coup dur

L’annonce par le premier ministre François Legault de restrictions additionnelles, dont la fermeture des commerces non essentiels, portera un nouveau coup dur aux entreprises déjà fragilisées par des mois de ralentissement économique dû à la COVID-19, estiment la Fédération des chambres de commerce du Québec (FCCQ) et la Chambre de commerce et d’industrie MRC Deux-Montagnes (CCI2M).

«Nous comprenons que le gouvernement fait face à des décisions déchirantes et ce n’est certainement pas le scénario qu’on souhaitait pour notre économie. Les jours suivants Noël, dont le Boxing Day, sont une période cruciale pour les commerçants québécois. Ceux-ci ont fait d’énormes efforts et investi des sommes importantes, malgré une baisse de leurs revenus, pour assurer le respect des normes sanitaires», déclare Charles Milliard, président-directeur général de la FCCQ.

Les deux organisations soutiennent que, malgré la volonté d’agir du gouvernement pour freiner la hausse des cas, plusieurs données tendent à démontrer que le commerce au détail ne représente pas un foyer d’éclosion et qu’il ne s’agirait pas d’une activité risquée. Elles estiment que de renforcer le respect de la capacité maximale d’accueil dans tous les commerces aurait permis d’atteindre le même objectif sans pénaliser autant les entrepreneurs.

«Ces fermetures auront inévitablement un impact considérable sur nos commerces de détails. En plus de représenter des pertes importantes durant une période charnière de leurs activités, c’est un nouveau coup dur pour des entreprises qui ont investi massivement pour respecter les consignes sanitaires. Nous incitons les consommateurs à consulter les sites internet de nos commerçants régionaux pour les soutenir et les aider à traverser cette période difficile», affirme François Chalifour, directeur général de la CCI2M.

«Nous réitérons que le gouvernement doit s’engager à fournir une aide supplémentaire directe aux entreprises qui seront impactées par ces nouvelles mesures et ce manque important de revenus. Les sommes devront être accessibles rapidement pour les entreprises, autant dans le commerce au détail que dans la construction, qui sont déjà fragilisées par la crise de la COVID-19», ajoute Charles Milliard.

- PUBLICITÉ -

La dernière édition

- PUBLICITÉ -
Top