- PUBLICITÉ -

Le balcon de la maison du meunier, sur lequel se trouvent le maire Pierre Charron, le député et ministre Benoit Charette, et la conseillère municipale Nicole Carignan Lefebvre, sera notamment entièrement restauré dans le cadre de ces travaux.

Une cure de rajeunissement de quelque 700 000 $ pour la maison du meunier

Construit initialement en 1762 et toujours en opération depuis cette date grâce à la force des eaux de la rivière du Chêne, le moulin Légaré, et plus particulièrement la maison du meunier, pourra profiter d’une cure de rajeunissement appréciée alors que des travaux de restauration de l’ordre de 697 624 $ y seront effectués à partir du printemps prochain pour être complétés à l’automne 2021.

Les travaux en question seront financés à parts égales par le ministère de la Culture et des Communications du Québec via son programme Aide aux immobilisations, et la Ville de Saint-Eustache, propriétaire du bâtiment depuis 1978.

Le député de Deux-Montagnes, Benoit Charette, également ministre de l’Environnement et de la Lutte contre les changements climatiques, a d’ailleurs confirmé, plus tôt en septembre, au nom de sa collègue Nathalie Roy, que son gouvernement versera la moitié de la somme nécessaire, soit 348 800 $. La Ville de Saint-Eustache contribuera à une hauteur monétaire semblable.

Si le moulin Légaré a vu le jour en 1762, l’actuelle maison du meunier a, elle, été construite en 1902 par Urbain Gagnon, sur la section nord du carré de maçonnerie du bâtiment, avec des matériaux de l’ancienne charpente du moulin. Elle a par la suite été modifiée en 1908 par le propriétaire suivant, Magloire Légaré, et a conservé depuis la même apparence.

La maison du meunier, de style «boomtown», a cependant aujourd’hui grand besoin d’être restaurée, de l’aveu même du maire de Saint-Eustache, Pierre Charron. Celui-ci n’a d’ailleurs pas manqué de remercier le gouvernement du Québec pour cette aide financière qui «viendra non seulement contribuer à la fierté de tous les Eustachois, dit-il, mais également à faire découvrir ce joyau à de nombreux visiteurs

Les travaux envisagés

Selon les informations fournies par l’entremise de Mélanie Séguin, régisseuse aux activités patrimoniales et touristiques au Service des arts et de la culture de la Ville de Saint-Eustache, plusieurs composantes de la maison du meunier, comme le revêtement extérieur, les cadres des fenêtres et les fenêtres-doubles, montrent un état de «détérioration avancé», mais, en contrepartie, la structure de la maison n’est pas affectée.

«Si des travaux ne sont pas entrepris, on pourrait s’attendre à une dégradation graduelle», d’indiquer celle-ci par courriel, précisant que le tout sera remplacé par des éléments similaires, calqués sur l’existant. En outre, les fenêtres intérieures seront restaurées et les murs seront isolés.

Également, tous les éléments décoratifs extérieurs de cette maison «typique de la première moitié du XXe siècle» seront restaurés. On parle ici des frontons des fenêtres à l’étage, des cadres ornementés pour les fenêtres, de la fausse-mansarde et de la porte d’entrée, ce qui contribuera, d’indiquer Mélanie Séguin, «à l’esthétisme caractéristique du quartier historique du Vieux-Saint-Eustache».

Enfin, le balcon qui surplombe la rue Saint-Eustache sera entièrement restauré et pourra accueillir des chansonniers ou autres animateurs lors de fêtes populaires, comme le Festival de la galette.

- PUBLICITÉ -

La dernière édition

- PUBLICITÉ -
Top