- PUBLICITÉ -

Crédit photo Stéfane Côté – Domaine Lafrance – Éric Lafrance, copropriétaire du Domaine Lafrance, a réalisé un grand rêve en se portant acquéreur, en 2013, d’un alambic Stupfler qui a permis depuis la production de nombreux spiritueux.

Les spiritueux d’ici: une offre de plus en plus généreuse

Si la région des Basses-Laurentides est reconnue pour la qualité de ses cidres et de ses vins, tout comme de ses bières de plus en plus nombreuses à être brassées localement, celle-ci a développé depuis quelques années un nouveau créneau qui prend graduellement de l’ampleur, celui des spiritueux.

Qu’il s’agisse de gin, d’eau-de-vie, de whisky, de brandy, de vermouth ou d’alcool à l’eau-de-vie, les Basses-Laurentides ne sont en effet pas en reste avec les autres régions du Québec. L’offre se veut de plus en plus généreuse dans un marché en pleine ébullition qui, au total, compterait à ce jour une bonne cinquantaine de microdistilleries à travers la Belle Province. Un chiffre qui d’ailleurs augmente chaque mois.

De la variété au Domaine Lafrance

Ici chez nous, selon ce qu’il est possible de constater en effectuant une recherche sur le Web, on compte au moins trois producteurs de spiritueux, le plus important étant le Domaine Lafrance [www.lesvergerslafrance.com], basé à Saint-Joseph-du-Lac, déjà connu pour sa grande variété de cidres dont le célèbre Domaine Lafrance cidre de glace, plusieurs fois médaillé.

En 2013, Éric Lafrance, copropriétaire du Domaine Lafrance, réalisait un rêve en se portant acquéreur d’un alambic Stupfler, de spécialité française, entièrement fait de cuivre et équipé d’une colonne à reflux. Depuis, son équipe et lui élaborent et distillent des alcools à base de pomme et d’autres fruits du verger familial.

Eau-de-vie de pomme ou de raisin, whisky québécois, brandy épicé ou de pomme, vermouth blanc ou rouge de cidre, sans oublier trois variétés de gin font dorénavant partie des spiritueux offerts à la boutique du Domaine Lafrance et, pour plusieurs des produits offerts, dans les succursales de la Société des alcools du Québec (SAQ).

Des eaux-de-vie chez Intermiel

Connue, elle, pour ses nombreux hydromels et ses cidres de glace primés à de nombreuses reprises, la miellerie Intermiel [https://intermiel.com], qui possède une érablière de 14 000 entailles, élabore pour sa part des eaux-de-vie exclusivement à partir de la sève de ses érables.

L’entreprise située dans le secteur de Saint-Benoît, à Mirabel, produit ainsi un alcool d’érable 100 % érable avec une eau-de-vie d’érable distillée avec l’alambic qu’elle possède. Au final, cela donne un vin d’érable de type vermouth, un alcool à l’eau-de-vie d’érable ainsi qu’un alcool à l’eau-de-vie d’érable et bleuet; des produits offerts à la boutique d’Intermiel, mais qu’il est aussi possible d’acheter dans certaines succursales de la SAQ.

Un gin chez Côte des Saints

Enfin, un nouveau joueur, la distillerie Côte des Saints [www.cotedessaints.com], construite en 2017 dans le secteur de Sainte-Scholastique, à Mirabel, propose depuis peu à la SAQ un gin élaboré à partir de grains d’orge distillés dans un alambic en cuivre chauffé à la vapeur de marque Vendome provenant de Louisville, la plus grande ville de l’État du Kentucky, aux États-Unis.

L’objectif de la jeune entreprise est d’être reconnue comme chef de file de l’industrie nord-américaine pour ses spiritueux novateurs, haut de gamme et exclusifs. Après un gin, un whisky, présentement en vieillissement dans les fûts, sera ainsi offert d’ici peu.

Assurément, avec ces nombreux spiritueux qu’elle propose, la région des Basses-Laurentides peut se targuer d’être en voie de devenir l’un des joueurs importants du secteur naissant de la microdistillation québécoise.

- PUBLICITÉ -

La dernière édition

- PUBLICITÉ -
Top