- PUBLICITÉ -
Les ambulanciers assureront une meilleure couverture

Les Ambulanciers Assureront Une Meilleure Couverture

Les ambulanciers assureront une meilleure couverture

Desserte ambulancière à Oka

À compter du 1er janvier prochain, les horaires de faction des ambulanciers qui desservent le territoire d’Oka, Saint-Joseph-du-Lac, Pointe-Calumet et Saint-Placide seront transformés en horaire à l’heure, ce qui aura pour conséquences d’assurer une présence ambulancière 24 heures sur 24 dans ces secteurs.

À compter du 1er janvier prochain, les horaires de faction des ambulanciers qui desservent le territoire d’Oka, Saint-Joseph-du-Lac, Pointe-Calumet et Saint-Placide seront transformés en horaire à l’heure, ce qui aura pour conséquences d’assurer une présence ambulancière 24 heures sur 24 dans ces secteurs.

Comme l’a expliqué Antonietta Marro, directrice des ressources humaines au SPLL (Services préhospitaliers Laurentides-Lanaudière), entreprise qui assure la gestion des ambulances dans la région, c’est le ministre de la Santé et des Services sociaux (MSSS), Gaétan Barrette, qui en a récemment fait l’annonce, lui qui a mis en place un mécanisme formel de révision des horaires de faction.

«Pour le territoire d’Oka, a dit Mme Marro, suivant les nombreuses revendications des acteurs du milieu, le CISSS Laurentides nous a informés le 31 octobre que le MSSS avait autorisé la transformation de l’horaire de faction actuellement en place. Cette transformation permettra l’amélioration de l’organisation des services pour la population desservie.»

Le syndicat se réjouit, mais…

Yan Bonhomme, président du syndicat du SPLL, partage la position de Mme Marro. Celui-ci avait d’ailleurs dénoncé à quelques reprises au cours des derniers mois la couverture ambulancière déficiente à Oka.

«Nous réclamions une telle décision depuis des années, a-t-il mentionné. Nous nous en réjouissons, car c’est une avancée tant pour les conditions de travail des paramédics que pour les services à la population.»

Toutefois, a ajouté M. Bonhomme, seulement huit secteurs sur la cinquantaine problématiques au Québec seraient passés de l’horaire de faction à l’horaire à l’heure.

«Nous continuerons de soutenir nos collègues paramédics de tout le Québec dans leurs revendications à cet égard. Notre convention collective n’est pas encore signée.»

«» , dit Sylvie D’Amours

Quant à la députée de Mirabel, Sylvie D’Amours, elle est évidemment ravie d’apprendre que la couverture ambulancière sera améliorée dans la région d’Oka, de Pointe-Calumet et de Saint-Joseph-du-Lac, surtout qu’elle a interpelé à maintes reprises à ce sujet le ministre de la Santé, Gaétan Barrette, et le président-directeur général du CISSS des Laurentides.

En juillet dernier, par le biais d’un communiqué de presse, Mme D’Amours disait s’inquiéter qu’une seule ambulance soit de faction pour couvrir tout le territoire comprenant ces trois municipalités alors qu’elles connaissent un essor économique, démographique et touristique important.

«La couverture ambulancière se verra améliorée par des délais plus courts et les citoyens de la région rassurés» , croit-elle maintenant, louangeant au passage le travail du syndicat du SPLL et de son président, Yan Bonhomme.

«La sécurité des citoyens est un enjeu qu’on ne peut pas prendre à la légère et l’intervention du syndicat nous a permis d’ouvrir les yeux sur une lacune qui est maintenant corrigée.»

Au CISSS des Laurentides, Thaïs Dubé, porte-parole, a affirmé de son côté, au nom de la direction, qu’il s’agissait «d’une excellente nouvelle» pour les citoyens de la zone ambulancière d’Oka.

«Le CISSS des Laurentides est heureux de cette bonification des services préhospitaliers. L’établissement rappelle également qu’en plus de la desserte ambulancière, la présence de premiers répondants locaux dans l’ensemble des municipalités de la région est un gage de sécurité afin que les citoyens reçoivent le plus rapidement des premiers soins en cas d’urgence» , a mentionné Mme Dubé, rappelant qu’un programme de formation est offert aux services de premiers répondants des municipalités qui en font la demande.

- PUBLICITÉ -

La dernière édition

- PUBLICITÉ -
Top