- PUBLICITÉ -

Les candidats du Bloc Québécois dans les Basses-Laurentides : Luc Desilets (Rivière-des-Mille-Îles), Jean-Denis Garon (Mirabel) et Louise Chabot (Thérèse-De Blainville).

Le Bloc Québécois tend la main aux travailleurs

Le chef du Bloc Québécois, Yves-François Blanchet, et les candidats bloquistes dans les Basses-Laurentides, Louise Chabot (Thérèse-De Blainville), Luc Desilets (Rivière-des-Mille-Îles) et Jean-Denis Garon (Mirabel) ont profité de la fête du Travail pour saluer l’apport des travailleurs et de leurs représentants syndicaux à la société québécoise. Ils ont détaillé leurs propositions pour défendre les conditions de travail et les droits des travailleurs, à qui ils ont offert leur plein soutien en vue d’établir un rapport de force à Ottawa.

« Cette crise sanitaire a révélé les trous béants du filet social fédéral. N’oublions jamais qu’Ottawa a dû inventer la PCU en toute urgence, parce que les programmes existants auraient abandonné des millions de travailleurs à leur sort. Le Bloc Québécois propose de réformer globalement l’assurance-emploi pour qu’elle soit enfin une véritable assurance pour tous les travailleurs qui en ont besoin. Nous poursuivrons notre combat pour protéger les retraités en cas de faillite d’une entreprise. Le Bloc Québécois tend la main aux travailleurs du Québec pour que nous exercions ensemble un rapport de force sans commune mesure au fédéral », a déclaré M. Blanchet.

« Le Bloc Québécois agira pour que les travailleurs sous juridiction fédérale soient traités avec les mêmes égards que tous les autres travailleurs du Québec. Nous comblerons les brèches qui abandonnent les travailleurs saisonniers, les travailleurs autonomes, les jeunes mères et les personnes malades. Nous prolongerons les programmes d’aide nécessaires pour les personnes qui en ont encore besoin. Les travailleurs du Québec cotisent dans l’espoir d’être protégés en cas de besoin et Ottawa doit cesser de les laisser tomber », a affirmé Mme Chabot.

Propositions du Bloc Québécois

-Une réforme globale de l’assurance-emploi incluant un accès facilité aux prestations, entre autres pour les travailleurs autonomes; la fin du trou noir pour les travailleurs saisonniers; l’augmentation de 15 à 50 semaines des prestations spéciales pour personnes malades; et un soutien adéquat aux jeunes mères qui perdent leur emploi à la fin de leur congé parental.

-Mettre fin aux deux catégories de travailleurs en interdisant les briseurs de grève, en finançant adéquatement le retrait préventif des femmes enceintes et en mettant fin aux « flips de contrats ».

-Protéger les retraités en déposant à nouveau un projet de loi pour faire des caisses de retraite, des créances prioritaires en cas de faillite d’une entreprise.

-Soutenir les travailleurs jusqu’au bout de la crise en prolongeant la PCRE pour les arts et la culture, l’industrie du voyage et d’autres secteurs pour lesquels la relance tarde, tout en suspendant le programme pour ceux qui n’en ont plus besoin.

« Nous lutterons également pour que la Charte de la langue française s’applique dans les entreprises de compétence fédérale, afin que chaque Québécois puisse travailler en français. Le droit de travailler en français au Québec doit être garanti pour tous », a déclaré M. Desilets.

« Nous nous battrons aussi pour une hausse sans condition, majeure et durable, des transferts en santé, en soutien au personnel soignant qui a besoin de renfort. Nous appuierons les jeunes retraités qui veulent rester sur le marché du travail. Finalement, lorsqu’on défend sans compromis les intérêts des travailleurs, on défend ceux des Québécois. C’est la raison d’être du Bloc », a fait valoir M. Garon.

- PUBLICITÉ -

La dernière édition

- PUBLICITÉ -
Top