- PUBLICITÉ -

Résultats de recherche pour: Théâtre Lionel-Groulx

Au Théâtre Lionel-Groulx: Spectacle-bénéfice pour les sinistrés des inondations

Frappée par l'une des pires inondations du dernier siècle, les Québécois ont été nombreux à être touchés par le drame des sinistrés. Afin d’amasser des fonds pour les victimes de ce nouveau drame, des artistes ont décidé de se mobiliser et d’unir leur voix dans le cadre d’un spectacle intitulé Le soleil emmène au soleil présenté sur la scène du Théâtre Lionel-Groulx, le jeudi 27 juin.

On aime Belafonte

Ce n’est un secret pour personne, Florence K a fait sa niche dans un certain style musical très rythmé, ensoleillé et sensuel, assez proche parent, en fait, de ce monument de la chanson que représente Harry Belafonte et qui est l’objet d’un hommage, à la fois sur disque et sur scène, qu’elle lui rend au sein d’un collectif qui passera bientôt par le Théâtre Lionel-Groulx.

Cyrano et le complexe de la laideur

Un condensé de grand classique, voilà comment on pourrait vous présenter le Cyrano de Bergerac que vous propose la Comédie Humaine après avoir procédé non seulement à un élagage en règle du texte d’Edmond Rostand, mais qui a aussi amputé le célèbre personnage de son fameux appendice.

- PUBLICITÉ -

On prend bien soin du jeune public

Depuis bon nombre d’années, la Ville de Blainville et le diffuseur Odyscène sont des alliés naturels dans l’élaboration d’une programmation de spectacles destinés au jeune public. Cette année ne fait pas exception et c’est un éventail de 13 propositions qu’on a formulées à leur endroit, avec des représentations au centre communautaire blainvillois et au Théâtre Lionel-Groulx (TLG).

Belles-Soeurs: ça nous appartient

D’accord, nous n’avons pas de tour Eiffel, de Taj Mahal ou de Parthénon, mais au diable, puisque nous avons Michel Tremblay et ce formidable corpus dramatique qui résonne partout à travers le monde et fait entendre la musicalité de notre langue, comme les particularités de notre culture et l’universalité de nos drames. Et permettons-nous de le dire: ça nous appartient.

Belles-Sœurs : ça nous appartient

D’accord, nous n’avons pas de tour Eiffel, de Taj Mahal ou de Parthénon, mais au diable, puisque nous avons Michel Tremblay et ce formidable corpus dramatique qui résonne partout à travers le monde et fait entendre la musicalité de notre langue, comme les particularités de notre culture et l’universalité de nos drames. Et permettons-nous de le dire: ça nous appartient.

Le coup de chapeau de René-Richard Cyr à nos mères et nos grand-mères

Depuis quelques jours à peine, les mythiques Belles-Sœurs, de Michel Tremblay, ont repris vie, en chair, en mots et en chansons dans la version musicale concoctée par le metteur en scène René-Richard Cyr et l’auteur-compositeur-interprète Daniel Bélanger, un spectacle qui avait obtenu l’adhésion générale, dans une première mouture lancée en 2010, et qui reprend du service pour une période de deux semaines au Théâtre Lionel-Groulx, avant de repartir en tournée.

Maude Guérin: nouveau rôle, nouveau défi

La chose est bien visible sur l’affiche, la première pièce de Michel Tremblay a 50 ans bien sonnés et la troupe des Belle-Sœurs, version théâtre musical, se prépare à une nouvelle tournée québécoise qui passera tout d’abord par le Théâtre Lionel-Groulx, pour huit représentations, du 4 au 14 juillet.

- PUBLICITÉ -