- PUBLICITÉ -

Photo Benoît Bilodeau – Sophie Tessier est en poste à titre de coordonnatrice du Service des arts et de la culture de la Ville de Saint-Eustache depuis le 1er juin dernier.

Une nouvelle coordonnatrice appelée Sophie Tessier

Avec la COVID-19 toujours bien présente dans le paysage, c’est dans un contexte pour le moins particulier, pour ne pas qualifier d’unique, que Sophie Tessier vient de prendre les commandes du Service des arts et de la culture de la Ville de Saint-Eustache à la suite de la retraite de son prédécesseur, Jacques Langlois, qui a passé exactement 30 ans à ce poste. Qu’à cela ne tienne, la nouvelle coordonnatrice est une femme de défis et celui qui se présente à ses yeux en est très certainement un à sa hauteur.

À l’emploi du Service des arts et de la culture de la Ville de Saint-Eustache depuis 12 ans où elle occupait jusqu’à ce jour un poste d’agente de développement culturel, Sophie Tessier, 34 ans, raconte qu’elle a toujours aimé se fixer des objectifs et des défis.

Et c’est en ce sens qu’elle a justement complété ces dernières années une maîtrise en gestion et développement des organisations à l’Université Laval pour éventuellement se donner tous les outils nécessaires afin de postuler, le moment venu, à ce poste de coordonnatrice qu’elle occupe depuis le 1er juin dernier.

Continuité, changements et bouleversements

«Autant, compte tenu de mon passé des 12 dernières années, mon arrivée s’inscrit dans une idée de continuité, autant le contexte amène son lot de changements et de bouleversements. La pandémie actuelle nous amène à revoir les façons de faire et de belles initiatives peuvent également voir le jour. Le Service des arts et de la culture travaillent actuellement à un plan de relance, mais en ce moment, nous attendons également les annonces gouvernementales quant à l’avenir des salles de spectacles. Les défis sont certes nombreux», de confier celle qui complété un DEC en communications et cinéma au Collège Lionel-Groulx, puis un baccalauréat en communications relations publiques à l’université du Québec à Montréal (UQAM).

Le Service des arts et de la culture étant un diffuseur, il y aura comme premier défi celui de présenter un de ces jours tous ces spectacles reportés qui affichaient presque tous complet au Centre d’art La petite église, une salle pouvant accueillir 200 personnes, avant le début de la pandémie. «Pour certains, ils ont été reportés plus d’une fois. Le personnel de la billetterie a effectué un travail remarquable en contactant notre fidèle clientèle», de mentionner à ce sujet Sophie Tessier.

Et même si les événements culturels et sportifs ont été annulés jusqu’au 31 août, le Service des arts et de la culture, en collaboration avec la Corporation des fêtes de Saint-Eustache, a déployé, comme déjà annoncé, une programmation ainsi que des initiatives numériques et virtuelles pour souligner la Fête nationale du Québec.

Aussi, les populaires Dimanches sur la promenade seront de retour cette année, mais dans une toute nouvelle formule qui sera dévoilée d’ici peu, afin de respecter, bien sûr, les consignes de la santé publique. «La créativité est de mise. Heureusement, les idées ne manquent pas!», se félicite Sophie Tessier.

Mais le mandat de se petite équipe est aussi de supporter au jour le jour les organismes culturels du milieu eustachois. «Entre autres, nous avons souligné différemment, cette année, la Semaine de l’action bénévole en avril dernier. Nous avons aussi souligné leurs initiatives en période de confinement via les réseaux sociaux. Nous leur offrons également un support technologie pour la tenue de leurs assemblées générales annuelles, par exemple. Nous souhaitons demeurer près d’eux en cette période plus complexe, comme nous l’avons toujours fait», d’indiquer celle qui est originaire des Cantons-de-l’Est, mais qui vit à Saint-Eustache depuis l’âge de 12 ans.

Imprégner sa marque

Disant qu’il s’est accompli ces dernières années de «magnifiques choses» pour contribuer à cette grande vitalité culturelle qui caractérise Saint-Eustache, et cela grâce à son prédécesseur, Jacques Langlois, la nouvelle coordonnatrice souhaite aussi, à sa façon, imprégner sa marque au sein du Service des arts et de la culture.

«Je suis une fille terrain, très accessible, et je souhaite l’être encore en demeurant disponible pour les organismes et les artistes. Défendre et promouvoir la culture, c’est ce que je fais depuis des années et je continuerai sur cette voie. Mon dynamisme et ma volonté de faire rayonner ma ville seront au cœur de mes actions. Je n’ai pas la prétention de vouloir tout changer bien au contraire, mais toute nouvelle personne amène avec elle son vent de changement», de conclure une Sophie Tessier visiblement bien prête à relever non pas ce défi, mais tous ces défis qu’elle aura à affronter au cours des prochains mois et des prochaines années.

- PUBLICITÉ -

La dernière édition

Concours

concours-iga-lamoureux
- PUBLICITÉ -
Top