- PUBLICITÉ -

Photo Benoît Bilodeau – C’est devant une centaine de personnes que Paul Piché a pris grand plaisir à interpréter une dizaine de ses chansons.

Photo Benoît Bilodeau – Un spectacle à l'intérieur, plutôt qu'à l'extérieur pour le début de ces Dimanches dans les jardins.

Dimanches aux jardins: Paul Piché… avec simplicité et humour

C’est un Paul Piché visiblement heureux de se retrouver devant le public qui a donné le coup d’envoi aux Dimanches aux jardins (du manoir Globensky) qui font place cet été aux Dimanches sur la promenade en raison de la pandémie qui oblige toujours le diffuseur de spectacles qu’est le Service des arts et de la culture de la Ville de Saint-Eustache à certaines restrictions.

Mais en raison des probabilités de précipitations qui s’annonçaient pour l’après-midi, dimanche dernier, c’est plutôt à l’intérieur, au Centre d’art La petite église, et devant une centaine de personnes (plutôt que les 500 qui avaient un billet en main pour le spectacle extérieur) que Paul Piché s’est exécuté, seul sur scène avec sa guitare.

Avec simplicité et humour, il a ainsi interprété une dizaine de ses titres les plus connus, de la chanson Je lègue à la mer à la chanson Heureux d’un printemps, en passant par J’appelle, Y’a pas grand chose dans l’ciel à soir, l’un de ses plus vieilles a-t-il dit, Car je t’aime, Réjean Pesant, Mon cousin Jacques et La gigue à Mitchouano.

Entre chacune de chansons, Paul Piché a trouvé grand plaisir à parler avec le public, à lui raconter quelques anecdotes les entourant, comme celle de La gigue à Mitchouano; son surnom en cri voulant dire «On mange», une allusion à son grand appétit lorsque c’était l’heure des repas.

L’auteur-compositeur-interprète, qui était alors archéologue à cette époque, dit avoir gardé un heureux souvenir des cris qu’il côtoyés au cours de deux étés passés dans le Grand Nord pour y effectuer des fouilles avant que le réservoir de la centrale hydroélectrique à construire s’emplisse d’eau pour y recouvrir définitivement des terres et forêts ancestrales.

Bref, de beaux moments d’intimité avec un Paul Piché qui s’est même amusé de ses chansons à deux accords et du fait qu’il avait, comme à ses débuts, une feuille sur sa guitare pour lui rappeler l’ordre des chansons à interpréter. «Mais, je ne vois plus rien», a-t-il dit en regardant à plusieurs reprises cette liste.

Huit autres spectacles à venir

Notons que des billets pour assister aux prochains spectacles prévus dans la cadre de ces Dimanches aux jardins sont toujours disponibles, mis à part, au moment d’écrire ces lignes, celui de Michel Rivard qui affiche déjà complet. Huit autres spectacles sont à venir chaque dimanche après-midi, sur le coup de 14 h 30, sur la scène extérieure Hydro-Québec.

Pour y assister, il faut, rappelons-le, obligatoirement réserver ses billets à l’avance en communiquant avec la billetterie du Service des arts et de la culture, au 450 974-2787. Celle-ci est ouverte du lundi au jeudi, de 8 h 30 à 12 h et de 13 h à 16 h 30, de même que le vendredi, de 8 h à 12 h. Pour la liste des prochains spectacles: [https://www.lapetiteeglise.com/].

En cas de conditions météorologiques incertaines, comme cela a été le cas dimanche dernier, les spectacles seront, pour la plupart, déplacés au Centre d’art La petite église. On pourra alors s’y rendre à l’avance pour réserver des places et revenir un peu plus tard pour le spectacle proprement dit.

À cet effet, il sera possible d’en savoir davantage le jour même des spectacles, en matinée, sur les pages Facebook de la Ville de Saint-Eustache et du Centre d’art La petite église.

Array
- PUBLICITÉ -

La dernière édition

Concours

Concours Gagnez vos sorties resto
- PUBLICITÉ -
Top