- PUBLICITÉ -

Photo Benoît Bilodeau – Henri Abel est l’un des chauffeurs des navettes d’autobus express mises en place par exo pour permettre aux usagers de la ligne Deux-Montagnes de se rendre jusqu’au centre-ville de Montréal.

Photo Benoît Bilodeau – Comme on peut le constater, la distanciation physique est de mise dans les navettes d’autobus express.
Photo Benoît Bilodeau – Le chauffeur Henri Abel porte son masque lorsqu’il est à bord de l’autobus.

Reprise des travaux du REM: La ligne Deux-Montagnes n’est plus…

Reportée à trois reprises, la fermeture du tunnel du mont Royal devant permettre la réalisation des travaux du futur Réseau express métropolitain (REM) est finalement devenue réalité vendredi dernier alors qu’un dernier train est parti, sur le coup de 18 h 50, de la gare Centrale, au centre-ville de Montréal, en direction de Deux-Montagnes.

Initialement prévue pour le 6 janvier, puis reportée au 30 mars et prolongée en raison de la COVID-19, cette fermeture est donc devenue effective le vendredi 8 mai dernier avec la levée des directives gouvernementales quant à la suspension de tous les chantiers de construction, y compris celui du REM sur la ligne Deux-Montagnes. Ces différents chantiers ont effectivement repris leurs activités en début de semaine.

Mesures d’atténuation

Depuis lundi dernier, c’est donc jusqu’à la gare Bois-Franc que les usagers qui, à partir de Deux-Montagnes, prendront la navette ferroviaire, constituée des actuels wagons, pourront se rendre au plus loin. De là, une navette les mènera jusqu’à la station de métro Côte-Vertu, sur la ligne orange.

Aussi, un service d’autobus express (no 404) est proposé par exo tous les jours de la semaine avec pour points de départ et d’arrivée la gare Grand-Moulin, avec des arrêts à la gare Deux-Montagnes, au terminus Mansfield (du lundi au vendredi) ou au terminus Centre-Ville (les samedis et dimanches). Une navette (no 405) est également offerte, du lundi au vendredi, entre les gares Deux-Montagnes et Sainte-Thérèse dans chaque direction aux heures de pointe du matin et de l’après-midi

Un deuil

Sur la page Facebook du Mouvement Train Deux-Montagnes, plusieurs ont tenu, avec photos d’archives, souvenirs et commentaires, à souligner cette page d’histoire qui vient de se tourner pour la ligne Deux-Montagnes inaugurée en 1918 et rénovée en profondeur de 1992 à 1995.

Le transporteur exo, l’exploitant de la ligne Deux-Montagnes, a tenu, lui, dans un communiqué de presse, à souligner que la fermeture de la ligne Deux-Montagnes telle que connue à ce jour «constitue aussi un deuil» pour ses employés.

«Exo et ses employés sont fiers d’avoir contribué au développement et au succès de cette ligne qui a été le moyen de transport privilégié de dizaines de milliers de passagers dans la région métropolitaine. Au cours des deux dernières années, nos équipes n’ont ménagé aucun effort pour faire cohabiter nos services de trains de Deux-Montagnes et de Mascouche avec le chantier du REM et préparer la fermeture du tunnel Mont-Royal», d’indiquer Sylvain Yelle, directeur général d’exo.

Des impacts majeurs

Ces derniers mois, rappelons que le Comité des usagers du train de Deux-Montagnes a multiplié les démarches afin de reporter cet arrêt de service jusqu’à la gare Centrale ou encore que le gouvernement du Québec apporte des améliorations significatives à des mesures d’atténuation jugées «inadaptées».

Les représentants du Comité disent que les mesures annoncées à la mi-mars et maintenues en grande partie (exception faite de la navette 404 qui proposera plus d’heures pour commencer) «ne sont pas suffisantes et qu’elles auront [pour les usagers] des impacts majeurs sur leurs vies professionnelles, familiales et sur leur santé mentale». Le Comité estime, en effet, que le temps de déplacement quotidien sera multiplié par deux avec ces mesures d’atténuation.

Array
- PUBLICITÉ -

La dernière édition

- PUBLICITÉ -
Top