- PUBLICITÉ -

Christine Pilon et Nathalie Labonville, techniciennes en éducation spécialisée.

De précieuses alliées pour les enfants et leurs parents

Elles écoutent, réconfortent, interviennent et conseillent. Au primaire comme au secondaire, le lien qu'elles créent avec les jeunes est précieux. Entretien avec Nathalie Labonville et Christine Pilon, deux techniciennes en éducation spécialisée (TES) qui oeuvrent à l'école secondaire Jean-Jacques Rousseau, à Boisbriand.

«La qualité première d’une éducatrice spécialisée, c’est sa capacité d’adaptation aux besoins de l’enfant et des parents», souligne Nathalie.

À l’emploi du Centre de services scolaire des Mille-Îles (CSSMI) depuis 36 ans, celle-ci a travaillé auprès d’enfants ayant un handicap intellectuel, avec les jeunes qui ont des problèmes de consommation et, depuis 12 ans, elle se consacre aux ados de 4e et 5e secondaire.

Elle intervient dans leur vie à une période charnière. «Il y a des jeunes qui ont des difficultés en ce qui concerne les habiletés sociales, d’autres qui ont des conflits avec l’école, des conflits familiaux, des problèmes de consommation. On travaille en équipe avec le personnel enseignant pour les aider. On veut leur permettre de vivre du succès au niveau académique, mais aussi au niveau personnel», explique-t-elle.

«Les adolescents, ils sont à la croisée des chemins. On leur demande de faire un choix de cours pour leur avenir, alors qu’ils sont dans le moment présent. Il faut se mettre à leur diapason et ne pas être dans le jugement», renchérit sa collègue, Christine Pilon.

Celle-ci s’est jointe à l’équipe de l’école Jean-Jacques-Rousseau il y a deux ans et travaille auprès des élèves de 2e et 3e secondaire. Son parcours, entamé il y a 11 ans à la faveur d’un changement de carrière, l’a menée jusqu’au Cameroun. Tout comme sa consoeur, elle parle de sa profession avec passion.

«Il faut intervenir rapidement sur différentes situations du quotidien et toujours avoir en tête le bien-être et les besoins du jeune», résume-t-elle.

Plusieurs postes à combler

Plus que jamais, le contexte de pandémie a mis en lumière le rôle précieux que jouent les TES. Les besoins sont grands et le CSSMI tient à souligner le travail que chacun d’entre eux effectue au quotidien. Les champs d’intervention des TES sont très variés et peuvent répondre à différents intérêts (écoles primaires ou secondaires, classes spécialisées, prévention de la toxicomanie, santé mentale, etc.). N’hésitez pas à poser votre candidature dès maintenant au [www.cssmi.qc.ca], section Carrière. Le CSSMI planifie déjà la prochaine année scolaire!

- PUBLICITÉ -

La dernière édition

- PUBLICITÉ -
Top