- PUBLICITÉ -

Résultats de recherche pour: Yves-François Blanchet

Rentrée parlementaire: le Bloc Québécois dévoile ses priorités

À l’issue du caucus présessionnel virtuel du Bloc Québécois, Yves-François Blanchet, chef du parti, Louise Chabot, députée de Thérèse-De Blainville, Luc Desilets, député de Rivière-des-Mille-Îles et Simon Marcil, député de Mirabel, ont dévoilé les priorités des 32 élus bloquistes à l’aube d’une rentrée parlementaire plus que jamais marquée par la COVID-19.

La santé et les aînés mis de côté, déplore le Bloc Québécois

Le chef du Bloc Québécois, Yves-François Blanchet, le député de Rivière-des-Mille-Îles, Luc Desilets, et la députée de Thérèse-De Blainville, Louise Chabot, dénoncent la mise à jour économique fédérale qui, selon eux, abandonne le réseau de la santé du Québec en pleine deuxième vague de COVID-19, de même que les aînés, les personnes les plus vulnérabilisées par la pandémie.

- PUBLICITÉ -

Rentrée parlementaire à Ottawa: Nos députés se voient confier leurs tâches

Alors que ce sera la rentrée parlementaire ce jeudi 5 décembre à la Chambre des communes, à Ottawa, avec le discours du Trône du premier ministre Justin Trudeau, les députés du Bloc québécois (BQ) élus dans les Basses-Laurentides se sont vu confier ces derniers jours leurs dossiers par leur chef Yves-François Blanchet.

Bloc québécois: Luc Desilets est le candidat choisi dans Rivière-des-Mille-Îles

C’est le jeudi 20 juin que Luc Desilets a été choisi à titre de candidat du Bloc québécois, dans la circonscription fédérale de Rivière-des-Mille-Îles, en prévision des élections fédérales d’octobre prochain. Plusieurs dizaines de membres du parti étaient présents pour l’occasion, dont le chef Yves-François Blanchet. Lors d’une allocution de plusieurs minutes, ce dernier vantait la qualité et […]

Expropriation à Mirabel: Québec demande des excuses, mais Ottawa refuse

Une semaine après la commémoration des 50 ans de l’expropriation à Mirabel, les députés de l’Assemblée nationale ont adopté à l’unanimité une motion demandant, au nom des quelque 10 000 personnes ayant été expropriées de leurs terres, il y a 50 ans, à Mirabel, «des excuses officielles et formelles du gouvernement du Canada et un engagement ferme qu'une erreur historique d'une telle ampleur ne sera plus jamais commise».

- PUBLICITÉ -