- PUBLICITÉ -

Résultats de recherche pour: théâtre

École de Théâtre professionnel du Collège Lionel-Groulx: Réinventer la roue

En plus de participer à la gestion du Petit Théâtre du Nord, Sébastien Gauthier porte, depuis deux ans, le chapeau de coordonateur de l’École de Théâtre professionnel (ÉTP) du Collège Lionel-Groulx, une institution qui a également été malmenée par la COVID-19.

Le jour où Molière nous a quittés

N’avait-il pas dit qu’il mourrait en jouant… ce qui n’est vraisemblablement pas arrivé, bien qu’il soit passé bien près. C’était le 17 février 1673 et la Troupe du Roy donnait la quatrième représentation du Malade imaginaire, sur la scène du Palais-Royal, à Paris. Ce serait fatalement la dernière, puisque c’est ce soir-là que l’illustre Molière, qui y tenait le rôle d’Argante, rendait l’âme peu de temps après être sorti de scène. Il avait 51 ans.

Une main tendue aux femmes et aux hommes de bonne volonté

La pièce a probablement marqué l’histoire récente du Québec autant, et peut-être même davantage, à cause du brouhaha qu’elle a provoqué, dès sa création en 1978, que par le message puissant qu’elle portait, alors que le TNM et son directeur Jean-Louis Roux, contre vents et marées, s’entêtaient à présenter la pièce de Denise Boucher, sorte de manifeste théâtral destiné à torpiller trois grands stéréotypes féminins fantasmés par le patriarcat: la mère au foyer, la Vierge et la prostituée.

Une main tendue aux femmes et aux hommes de bonne volonté

La pièce a probablement marqué l’histoire récente du Québec autant, et peut-être même davantage, à cause du brouhaha qu’elle a provoqué, dès sa création en 1978, que par le message puissant qu’elle portait, alors que le TNM et son directeur Jean-Louis Roux, contre vents et marées, s’entêtaient à présenter la pièce de Denise Boucher, sorte de manifeste théâtral destiné à torpiller trois grands stéréotypes féminins fantasmés par le patriarcat: la mère au foyer, la Vierge et la prostituée.

- PUBLICITÉ -

Ladies Night: avant que tombe le rideau

Ce n’est pas la première fois qu’on annonce les dernières représentations de ce spectacle qui tient la route depuis 2001. Chaque fois qu’on a tenté le coup, la pression populaire fut si forte qu’on n’a eu d’autre choix que de relancer la machine. À peine a-t-on changé la distribution et François Chénier, qui s’y trouve depuis le début, en parle encore avec un plaisir manifeste.

On s’amuse ferme avec Ionesco!

Mettons ça sur le compte de l’universalité… ou tout bonnement de la magie, on ne s’ennuie jamais avec Ionesco. En jouant avec les mots et le caractère absurde de la vie, le dramaturge disparu en 1994 a su créer une sorte d’espéranto tragi-comique qui se consomme toujours avec plaisir et qui se donne surtout avec beaucoup d’éclat, ce que s’apprêtent à faire les interprètes formés dans le cadre des Ateliers de jeu Roc Lafortune.

Légende en couleurs souffle une vingtaine de bougies

L’événement Légende en couleurs fêtait son 20e anniversaire, le samedi 16 février, à l’école secondaire des Patriotes de Saint-Eustache. Ce rendez-vous a fait salle comble, lui qui mettait en vedette treize formations venues de partout au Québec, tels les locaux, l’ensemble chorégraphique 3e Légende de Saint-Eustache. Celui-ci était représenté dans trois catégories, dans le cadre […]

Tchekhov et le rêve inassouvi

Parce que le théâtre de répertoire a fait celui d’aujourd’hui et parce que Anton Tchekhov en est l’un des plus illustres représentants, les finissants de l’École de Théâtre professionnel du Collège Lionel-Groulx vous proposent Les Trois sœurs, l’une des œuvres majeures du dramaturge russe, dans une mise en scène d’Isabelle Leblanc.

Cyrano et le complexe de la laideur

Un condensé de grand classique, voilà comment on pourrait vous présenter le Cyrano de Bergerac que vous propose la Comédie Humaine après avoir procédé non seulement à un élagage en règle du texte d’Edmond Rostand, mais qui a aussi amputé le célèbre personnage de son fameux appendice.

- PUBLICITÉ -