- PUBLICITÉ -

Les inondations de 2017 et 2019 ont fait beaucoup de dégâts dans la région.

Inondations: La nouvelle problématique prioritaire du COBAMIL

Le Conseil des bassins versants des Mille-Îles (COBAMIL) souhaite informer l’ensemble des citoyens et des acteurs de l’eau de son territoire des nouvelles problématiques qui seront priorisées dans son prochain Plan d’action 2020-2025 du Plan directeur de l’eau (PDE). Parmi celles-ci, la problématique «Inondations» vient de s’ajouter.

En effet, le ministère de l’Environnement et de la Lutte contre les changements climatiques (MELCC) demande aux 40 organismes de bassins versants du Québec de cibler entre trois et cinq problématiques parmi celles caractérisées dans leur PDE. Le travail du COBAMIL était déjà articulé autour de quatre problématiques prioritaires, qualifiées d’axes d’intervention, identifiées lors de l’élaboration du PDE en 2014. Il a alors été vu, à travers la demande du MELCC, l’occasion de consulter les citoyens et les acteurs de l’eau afin de savoir si les problématiques ciblées dans le PDE étaient toujours pertinentes ou si d’autres devaient être ajoutées.

Problématiques prioritaires 2020-2025

Après les épisodes marquants des inondations de 2017 et de 2019, c’est la problématique

«Inondations» qui, sans surprise, a été retenue. Il est en effet primordial de prendre en compte cet enjeu dans les actions de l’organisme puisqu’elle affecte majoritairement tout le côté ouest de la zone du COBAMIL et concerne donc près de la moitié des villes et municipalités du territoire.

La problématique «Érosion» était déjà présente dans le Plan d’action de l’organisme. Deux des problématiques sont issues du PDE actuel également mais ont été reformulées afin de couvrir un plus vaste champ d’étude. Il s’agit des problématiques «Mauvaise qualité de l’eau de surface», qui inclut désormais la contamination microbiologique, l’augmentation des matières en suspension et la contamination par les pesticides; et de la problématique «Perte et dégradation des écosystèmes», qui inclut les écosystèmes humides, riverains et aquatiques.

La consultation et concertation a pris la forme d’un sondage diffusé par le COBAMIL et les municipalités du territoire. À la suite du sondage, des ateliers participatifs rassemblant les citoyens ainsi que les employés des services en environnement et les élus des municipalités ont été menés sur le territoire. Ils ont été complétés par un atelier s’adressant au Comité technique du COBAMIL réunissant des experts de différentes disciplines. Enfin, le conseil d’administration a été réuni et a mené à la détermination de ces quatre problématiques prioritaires.

Vous avez participé à cette consultation ? Sachez que l’ensemble du matériel recueilli (réflexions, pistes d’actions, etc.) sera utilisé dans le cadre de la prochaine étape qui est l’élaboration du Plan d’action 2020-2025 en vue de répondre aux nouvelles problématiques ciblées et qui sera mis en ligne le site internet du COBAMIL.

COBAMIL

Le COBAMIL est l’un des 40 organismes de bassins versants reconnus par le gouvernement du Québec. Fondé en mars 2010, son territoire d’intervention de 1052 km2 sur la couronne nord de Montréal inclut 24 municipalités et recense plus de 430 000 citoyens. Le COBAMIL est mandaté par le ministère de l’Environnement et de la Lutte contre les changements climatiques (MELCC) afin de mettre en oeuvre la gestion intégrée de l’eau, tel que stipulé dans la Politique nationale de l’eau, la Loi affirmant le caractère collectif des ressources en eau et la Loi concernant la conservation des milieux humides et hydriques.

- PUBLICITÉ -

La dernière édition

- PUBLICITÉ -
Top