- PUBLICITÉ -

Photo Claude Desjardins Nous reconnaissons le ministre de l'Environnement et député de Deux-Montagnes, Benoit Charette, le sénateur Claude Carignan, la députée Agnès Grondin, le PDG du CISSS, Jean-François Foisy, la ministre Danielle McCann, le ministre Éric Girard, la ministre Sylvie D'Amours et le député Mario Laframboise.,

Hôpital Saint-Eustache: Le projet de modernisation franchit une nouvelle étape

Le projet de modernisation de l’Hôpital de Saint-Eustache vient de franchir une nouvelle étape, alors que le gouvernement du Québec autorise son inscription au Plan des infrastructures québécoises (PQI) à titre de «projet à l’étude», et consent une enveloppe de deux millions de dollars pour la production d’un dossier d’opportunité (DO).

C’est la ministre de la Santé et des Services sociaux, Danielle McCann, qui est venue confirmer la chose, mardi dernier dans la cafétéria de l’institution eustachoise, une annonce qualifiée «d’historique» par le président et directeur général du Centre intégré de santé et de services sociaux des Laurentides (CISSS), Jean-François Foisy.

Un vaste chantier

On parle d’abord de moderniser l’urgence en y ajoutant quatre civières (il y en a 32 actuellement), une aire de choc de quatre civières, une zone d’évaluation de dix fauteuils de même qu’une unité d’intervention brève en santé mentale (dix lits). Au passage, on aura considérablement augmenté la superficie de l’urgence, qui passera de 1 250 à 1 750 mètres carrés, un premier agrandissement depuis 1991.

Le projet prévoit également la construction d’une nouvelle unité de soins de courte durée (ajout de 40 chambres individuelles) et la modernisation des unités actuelles, de manière à réduire le nombre de chambres à plusieurs lits. Cette dernière mesure, a-t-on souligné, permettra de réduire les risques d’infections nosocomiales.

«Votre projet s’inscrit dans la volonté de notre gouvernement de participer à un vaste chantier de rénovation des hôpitaux et des CHSLD au cours de notre premier mandat» , exprimait la ministre McCann, tout en relevant que la région des Laurentides, et particulièrement celle qui est desservie par le CHSE, a connu un accroissement considérable de sa population, au cours des dernières années, en même temps qu’on enregistrait, comme partout au Québec, un vieillissement démographique, ces deux phénomènes ayant pour effet de mettre une pression grandissante sur le réseau de la santé et des services sociaux.

La lumière au bout du tunnel

Au CISSS, on est bien au fait de cette problématique et c’est depuis 1999 qu’on «chérit» ce projet, soulignait M. Foisy, alors que les premières démarches avaient été initiées par des médecins et des cliniciens. «Dès la création du CISSS, en 2015, nous avons pris le flambeau et nous en avons fait l’une de nos priorités. Voilà que trois mois après l’arrivée d’un nouveau gouvernement, nous en sommes là. C’est tout un accueil que nous avons reçu du caucus des députés» , s’est réjoui le PDG du CISSS.

À noter que trois autres ministres assistaient à cette annonce, dont le titulaire de l’Environnement, Benoit Charette (député de Deux-Montagnes), celle des Affaires autochtones, Sylvie D’amours (Mirabel), et des Finances, Eric Girard (Groulx). Leurs collègues députés de Blainville, Mario Laframboise, et d’Argenteuil, Agnès Grondin, de même que le sénateur Claude Carignan s’y trouvaient également.

Tous se sont évidemment réjouis de cette annonce en évoquant notamment qu’on voyait poindre enfin la lumière au bout du tunnel.

Le plus vite possible

La production d’un dossier d’opportunité permettra d’analyser la pertinence et le bien-fondé du projet, d’en préciser les modalités et les coûts, a également précisé la ministre McCann. «C’est une phase qui dure normalement entre un an et deux ans. Dans ce cas-ci, on espère que ça se fera à l’intérieur d’une année» , de dire la ministre de la Santé en insistant sur le fait que son gouvernement a choisi de favoriser une approche populationnelle, en considérant les besoins existants pour chaque région, qui ne sont pas les mêmes partout. «Il y aura plusieurs annonces durant notre premier mandat. On va corriger bien des situations» , a-t-elle indiqué.

Quant à la question du temps d’attente dans les urgences, Danielle McCann demeure persuadée que le gouvernement de la CAQ fera mieux que les précédents. «Notre engagement ferme, dans un premier mandat, est de diminuer à 90 minutes le temps d’attente pour la clientèle ambulatoire» , a-t-elle précisé, en faisant une distinction avec la clientèle sur civière. En moyenne, l’attente est actuellement de deux heures, a-t-elle affirmé, indiquant que les récentes stratégies mises de l’avant, comme les cliniques d’hiver, portent déjà leurs fruits. «Nous avons aussi des stratégies pour la clientèle sur civière, que nous allons mettre en place dans un premier mandat» , a promis Danielle McCann.

- PUBLICITÉ -

La dernière édition

Section concours

- PUBLICITÉ -
Top