- PUBLICITÉ -

Expropriation à Mirabel: un projet de mémoire collective en cours

Le célèbre sculpteur Armand Vaillancourt est actuellement à créer, à la demande des instigateurs du projet «Mémoire collective», une œuvre unique afin de commémorer l’événement tragique de l’expropriation de Mirabel, il y aura 50 ans en mars prochain.

À cet effet, un appel à la générosité est lancé à la population de la région afin de financer la sculpture qui sera érigée devant le futur centre d’interprétation sur l’expropriation aménagé dans la Maison Jean-Paul-Raymond, dans le secteur de Sainte-Scholastique, à Mirabel.

Cette nouvelle œuvre originale du sculpteur de renommée internationale viendra souligner le 50e anniversaire de l’expropriation de Mirabel, celui de «déracinement forcé» de plus de 10 000 personnes de leurs terres, reconnues parmi les plus fertiles du Québec.

Ayant été lui-même témoin de la lutte des expropriés, le 17 mars 1969, M. Vaillancourt a généreusement offert de créer une œuvre originale, dont le dévoilement en 2019 coïncidera avec l’ouverture officielle du Centre d’interprétation sur l’expropriation de Mirabel, où les visiteurs pourront découvrir archives et témoignages de victimes de cet «éléphant blanc» qu’a représenté l’aéroport de Mirabel, fermé depuis 2004.

«La cause des expropriés me tient à cœur, car je les ai vus dès le départ lutter contre cette injustice. J’ai été ému de voir leur détresse et leur solidarité dans leur lutte que j’ai suivie pendant plusieurs années», de soutenir Armand Vaillancourt.

Le projet «Mémoire collective»

Le projet «Mémoire collective» a été articulé par Françoise Drapeau-Monette, fille d’expropriés, et l’ex-procureure des expropriés de Mirabel et ex-députée provinciale de la circonscription de Mirabel, Denise Beaudoin.

«En lançant cette campagne de financement, nous souhaitons que chacun d’entre nous puisse prendre connaissance du projet “Mémoire collective” entourant l’expropriation de Mirabel, qui prendra éventuellement la forme d’un centre d’interprétation qui pourra servir de référence», d’affirmer Mme Beaudoin.

«Grâce à l’artiste Armand Vaillancourt, nous avons la possibilité de laisser en mémoire aux futures générations le vécu lié à l’expropriation inutile de terres fertiles arrachées pour rien à plusieurs générations d’agriculteurs», de poursuivre celle-ci.

L’équipe, qui rappelle au passage que l’aéroport international de Mirabel n’offre plus de vols avec passagers aujourd’hui et l’aérogare a été démolie sans consultation, lance, enfin, ce message à la population: «En contribuant à ce projet de mémoire collective, vous ferez en sorte qu’une expropriation démesurée, qui a entraîné un gaspillage éhonté des fonds publics, ne se reproduise plus jamais. Le centre d’interprétation sera le gardien de notre mémoire collective.»

Il est possible de faire un don ou d’en savoir davantage sur le [https://expropriationmirabel.org] ou en consultant la page [www.facebook.com/Expropriation-de-Mirabel-499904203837913].

- PUBLICITÉ -

Nos chroniques

La dernière édition

Section concours

La meilleur des aventures sucrées
- PUBLICITÉ -
Top