- PUBLICITÉ -

Audrey David et Mathieu Thibodeau, de l’école des Perséides, sont au nombre des dix enseignants les plus géniaux du CSSMI.

CSSMI: Audrey et Mathieu, des enseignants d’exception

Dans le cadre de la semaine des enseignants, présentée au début de février, le Centre de services scolaire de la Seigneurie-des-Mille-Îles (CSSMI) avait organisé la 10e édition de «Je vote pour mon prof», une activité destinée à permettre aux élèves, en votant, d’identifier les dix enseignants les plus géniaux. Parmi eux, Audrey David et Mathieu Thibodeau, de l’école des Perséides, de Pointe-Calumet, ont été flattés de recevoir cet honneur.

Enseignants en éducation physique à l’école des Perséides, Audrey et Mathieu jubilaient encore, une semaine après avoir appris la nouvelle, lorsqu’ils se sont entretenus avec le journal. Il faut dire qu’ils ont été sélectionnés parmi les 2 300 candidatures reçues.

«J’ai reçu cette nomination comme une énorme vague d’amour, a commenté Audrey. Je ne m’attendais pas à cela du tout. C’était vraiment touchant de lire tous les messages de nos élèves. Sincèrement, c’est le plus cadeau que des enseignants peuvent recevoir.»

«Si nous avons été choisis, de renchérir Mathieu, c’est certainement en raison de petits détails. Chaque jour, nous prenons le temps d’écouter nos élèves, de leur dire bonjour dans le corridor. Quand nous préparons nos cours, nous le faisons en pensant à eux, en recherchant des activités qui vont plaire à tous les élèves, autant les filles que les garçons, pour qu’ils sortent avec le sourire.»

Originaire de Mirabel, Audrey a gradué de l’université en 2012 avant de dénicher un poste à temps plein aux Perséides quelques années plus tard. D’aussi loin qu’elle se rappelle, elle a toujours voulu devenir professeure d’éducation physique.

«J’ai toujours eu dans l’idée de transmettre ma passion à mes élèves, a-t-elle mentionné. En organisant pour eux différentes activités, je me disais qu’ils auraient la piqûre pour le sport, une passion pour un sport qui fera en sorte qu’ils voudront toujours vouloir bouger, même à l’âge adulte

Quant à Mathieu, un Eustachois de naissance, il a commencé à enseigner en 99-2000 après avoir fait ses études à l’université de Trois-Rivières. Il est à l’école des Perséides depuis 2006.

«Pour être un bon professeur, dit-il, il faut s’impliquer auprès des élèves et impliquer chacun d’eux dans les activités qu’on leur propose. Tout passe par l’écoute des jeunes. Une fois que tu crées un lien avec eux, tout se fait par magie par la suite!»

Témoignages éloquents

Audrey et Mathieu ont reçu des dizaines de commentaires de leurs élèves. Le CSSMI en a partagé quelques-uns. En les lisant, il n’est pas surprenant qu’ils aient été choisis.

«Je l’ai choisie, car elle la meilleure des profs», a dit Marylin. «Elle est formidable», d’ajouter Jade. «Elle est gentille», a écrit Tommy. «Je vote pour Audrey, car elle nous achète du beau matériel». Généreuse, disponible et impliquée sont d’autres qualificatifs qui ressortent régulièrement lorsqu’il est question d’Audrey.

«C’est le meilleur prof parce qu’on fait plein de jeux vraiment géniaux», a lancé Zacharie en pensant à Mathieu. «Il a réussi à nous faire jouer en créant des zones», a dit Léo. «Il est adorable et généreux», a souligné Océanne. «Je l’ai choisi pour sa persévérance et sa générosité», d’ajouter Louka.

Le directeur de l’école des Perséides, Martin Malo, n’avait lui aussi que des belles choses à dire à l’égard de ses deux enseignants d’éducation physique.

«Ce sont deux super enseignants. Ils sont attentionnés, bienveillants et savent répondre aux besoins des élèves. Leurs cours sont un mélange de rigueur et de plaisir. Nous sommes tous contents et fiers de les avoir parmi nous».

Rappelons que parmi toutes les candidatures reçues, seulement dix enseignants se voient décerner le titre du prof le plus génial (six enseignants du primaire, deux enseignants du secondaire et deux enseignants à l’éducation aux adultes.

Outre Audrey et Mathieu, Mélanie Audet, du Mai, Manon Giroux, de Fontainebleau, Suzanne Huberdeau, de la Clairière, Julien McNicoll, de Val-des-Ormes, Christian Larose, de l’École secondaire d’Oka, Ève-Marie Tremblay, de l’école Saint-Gabriel, Élisabeth Émond, du Centre de formation des Nouvelles-Technologies, et Josée Malo, de L’Émergence ont aussi été honorés.

- PUBLICITÉ -

La dernière édition

- PUBLICITÉ -
Top