- PUBLICITÉ -
Sa passion pour le BMX le transporte vers le Cirque du Soleil

C’est en saluant la foule que Joël Bondu, de Deux-Montagnes, termine le numéro qui clôt le spectacle Volta du Cirque du Soleil, actuellement en tournée aux États-Unis.

Quand il n’est pas avec le Cirque du Soleil, Joël Bondu aime à expérimenter de nouvelles prouesses.

Une vue spectaculaire du numéro Momentum que Joël Bondu exécute avec trois autres amis, tous des Québécois.

Sa passion pour le BMX le transporte vers le Cirque du Soleil

Pour Joël Bondu, de Deux-Montagnes

Adepte du BMX depuis qu’il a l’âge de 9 ans, Joël Bondu, de Deux-Montagnes, voit depuis quelques années cette passion lui faire vivre une expérience hors du commun. Il présente, en effet, un numéro mettant à l’honneur cette discipline sportive dans le spectacle Volta du Cirque du Soleil.

Ce numéro, intitulé Momentum, clôt d’ailleurs ce spectacle consacré aux sports extrêmes actuellement en tournée à travers les États-Unis. Avec trois autres Québécois et amis, Joël prend d’assaut le roulodrome (skatepark) aménagé sur la scène. Et, sous les yeux des spectateurs, les quatre cyclistes grimpent sur les structures et dévalent les rampes pour exécuter des figures aériennes, s’entrecroisant dans les airs tout en faisant tournoyer leur vélo.

Les débuts, avec sa bicyclette

C’est donc cette grande passion pour le BMX qui a conduit le jeune homme aujourd’hui âgé de 23 ans vers le Cirque du Soleil. Avant d’en arriver là, celui-ci a cependant dû consacrer de nombreuses heures de pratique qui l’ont mené à participer à des compétitions. Notamment en Europe, où ce sport est fort prisé, particulièrement en France.

Une passion qui a donc pris son envol alors que Joël Bondu, du haut de ses 9 ans et comme tous les jeunes de son âge, possédait son propre vélo. «J’aimais le faire sautiller. Puis, à 10-11 ans, j’ai eu ma première bicyclette BMX, cadeau du patron de mon père. Celui-ci a ensuite construit de petites rampes sur lesquelles je m’amusais avec des amis devant la maison. J’aimais le “thrill”. Par après, il m’a amené une fois par semaine à Montréal, où s’y trouvait un véritable “skatepark”. Puis, cela a été trois fois par semaine et quand je suis allé étudier à Montréal, j’y allais tous les jours» , de relater, en entrevue aux bureaux de votre hebdo L’ÉVEIL, Joël Bondu, actuellement en convalescence à la suite d’une légère fracture subie au péroné de la jambe droite.

Pendant ces années d’apprentissage devant la maison familiale et à Montréal, le jeune Bondu s’inscrit à de premières compétitions de BMX, où il fait bonne figure. Vers l’âge de 18-19 ans, il se dirige vers l’Europe pour des séjours de deux mois, puis cinq mois. Encore là, il décroche d’excellentes positions, lui permettant de remporter des bourses et avoir droit à des commandites pour ses voyages en avion.

Et c’est en participant à une de ces compétitions au Festival international des sports extrêmes (FISE) qui se tenait à Montpellier, en France justement, et où étaient réunis les meilleurs du monde, qu’un concepteur du Cirque du Soleil l’a remarqué et approché, en 2015.

Quelques mois plus tard, notre adepte du BMX est invité en février 2016 à participer à un «workshop» où, avec d’autres, son potentiel est évalué en prévision d’un numéro qu’il aurait à effectuer. Déjà, le Cirque du Soleil envisageait à ce moment un numéro de BMX pour un prochain spectacle.

Et l’aventure commence…

Il est finalement retenu. La création dudit spectacle s’élabore entre octobre 2016 et avril 2017. Le spectacle Volta est d’abord présenté sous le Grand Chapiteau du Cirque du Soleil sur les quais du Vieux-Port à partir du 20 avril 2017, puis se transporte aux États-Unis.

À ce jour, Joël Bondu s’est produit dans plus de 600 représentations, mais en a manqué 170 lorsqu’il s’est brisé «un bout d’os dans le pied» lors d’une compétition au cours de laquelle il «voulait bien faire» . Cela l’a contraint à cinq mois d’inactivité. La présente blessure, subie à la mi-juillet lors d’un échauffement et pendant qu’il était en vacances, devrait nécessiter au moins un mois et demi de convalescence, croit-il.

Et comment Joël vit-il ces moments avec le Cirque du Soleil? «C’est sûr que c’est une belle expérience. Je rêvais déjà d’aller aux États-Unis. C’est exigeant, car nous avons parfois deux spectacles le même jour, et un peu stressant d’avoir à présenter le dernier numéro. C’est aussi cool de côtoyer et de parler avec des gens qui me fournissent beaucoup de conseils. Je m’y suis fait plusieurs amis» , de raconter le Deux-Montagnais.

Il dit aussi aimer cette vie de bohème qu’il mène au jour le jour à bord de son véhicule récréatif motorisé qu’il s’est acheté. Un choix – et un investissement – plutôt que d’aller coucher dans les chambres d’hôtels. Il y vit avec le chat qu’il a adopté lors d’une halte à Chicago. «Nous sommes plusieurs du Cirque à avoir notre propre véhicule et nous voyageons ensemble» , précise-t-il.

Le goût de la compétition

Malgré le fait qu’il apprécie cette vie, et ces applaudissements lorsque son numéro se termine par une manœuvre où il salue la foule, Joël a toujours ce goût de la compétition.

Il aurait ainsi bien voulu prendre part aux prochains Jeux olympiques d’été, en Chine, en 2020, où le BMX «freestyle» fera son apparition avec une épreuve masculine et une épreuve féminine. Mais, comme il l’explique, son horaire de travail ne lui a pas permis de participer à toutes les compétitions de qualification qui ont eu lieu. Il ne ferme cependant pas la porte. «J’ai un plan de quatre ans pour 2024» , révèle-t-il sans en dire davantage.

Ce sera une autre histoire à raconter, mais, d’ici là, que le spectacle se poursuive avec le… Cirque du Soleil.

Pour avoir un aperçu des performances de Joël Bondu, il suffit de visionner la vidéo sur le: [http://www.northernembassy.com/2019/07/29/joel-bondu-no-stopping-video/].

Et on peut aussi le suivre sur sa page [http://www.facebook.com/joelbonduBmx].

- PUBLICITÉ -

La dernière édition

Section concours

- PUBLICITÉ -
Top