- PUBLICITÉ -

Âgée de 19 ans, Megan Duclos étudie à l’Université Simon Fraser, en Colombie-Britannique, près de Vancouver, tout en étant membre de l’équipe de softball qui évolue dans la NCAA.

Megan Duclos est nommée ambassadrice pour Softball Québec

Adepte de ce sport depuis qu’elle a 5 ans, Megan Duclos, une athlète de Saint-Eustache, vient d’être nommée ambassadrice pour Softball Québec. Âgée aujourd’hui de 19 ans, la joueuse de softball s’est dite un peu étonnée de cet honneur qui lui est décerné, d’autant plus qu’elle ne savait pas que Softball Québec avait maintenant des ambassadeurs.

«C’est toujours agréable d’avoir une certaine reconnaissance. J’ai été surprise, mais je sais que, depuis quelques années, j’ai un certain rôle à prendre auprès des jeunes au niveau du softball au Québec. Donc, ça me surprend et ça ce me surprend pas en même temps», a-t-elle commenté, en entrevue téléphonique, depuis la Colombie-Britannique, où elle poursuit depuis deux ans des études en ingénierie à l’Université Simon Fraser, près de Vancouver, tout en étant membre de l’équipe de softball qui évolue en division 2 dans la National Collegiate Athletic Association (NCAA).

Une médaille de bronze en championnat du monde

Le parcours de celle qui évolue au champ centre a donc débuté à l’âge de 5 ans, quand ses parents l’ont inscrite au programme Timbits. Elle gravit alors graduellement les échelons. Elle devient ainsi membre de l’équipe du Québec U16 comme 13e athlète et dernière sélection de l’équipe, ce qui ne l’empêche pas de gagner son poste sur l’alignement partant lors des compétitions d’envergures.

Son parcours l’amène à se tailler, en 2017 et 2018, une place sur l’équipe étoiles des championnats canadiens U19 et à être nommée l’athlète féminine au Québec sur la scène nationale et internationale. Puis, en 2019, elle est sélectionnée sur l’équipe nationale junior afin de participer au championnat du monde à Irvine, en Californie. Elle décroche avec cette équipe la médaille de bronze, une performance qui lui permet incidemment de se faire remarquer et de joindre les rangs de la NCAA et y entreprendre des études universitaires.

Jouer pour le plaisir

«Le softball n’est pas qu’un sport. Il peut te permettre de te rendre à plusieurs places, comme avec Équipe Canada ou à l’université, et d’accomplir de grandes choses», raconte l’athlète de Saint-Eustache, avouant avoir été vraiment gênée à ses débuts. «Une fois que j’ai commencé, je n’ai jamais voulu arrêter. Avec les années, je suis devenue un peu plus compétitive et c’est là que j’ai commencé à aimer encore plus cela», s’empresse-t-elle cependant d’ajouter immédiatement.

Enfin, aux jeunes qui souhaitent s’inscrire au softball, Megan y va de ce conseil: «Jouer avec plaisir et c’est là que ça devenir plus le fun. Ce n’est pas l’aspect compétitif qui est important au début, c’est d’avoir du plaisir.»

- PUBLICITÉ -

La dernière édition

- PUBLICITÉ -
Top