- PUBLICITÉ -

Le gardien des Olympiques, Creed Jones, a vu trop de rondelles selon les membres de la Flotte. (Crédit photo: Sylvain Charest)

Une série aller-retour qui se termine en verdict nul chez l’Armada

Les Olympiques de Gatineau et la Flotte disputaient une série aller-retour dans la cadre de la fin de semaine de la rivalité dans la LHJMQ. Les deux formations se sont partagés les honneurs alors que l’Armada s’est inclinée 4-1, dimanche après-midi

L’Armada a dominé 39-15 au chapitre des tirs. Cependant, la formation outaouaise a vu Manix Landry, Jeffrey Durocher et Shawn Boudrias, en avantage numérique marquer aux dépens de Mikhail Denisov.

« C’est le genre de rencontre dans le calendrier que t’as 18 chances de marquer et eux six qui normalement, vont de ton côté, tu n’en perdras pas beaucoup, précisait, l’entraîneur de l’Armada Bruce Richardson. Le hockey n’est pas juste, ce n’est pas toujours la meilleure équipe qui va gagner.

Pour l’entraîneur des Olympiques, Éric Landry, la victoire est juste retour du balancier.

« Je ne crois plus aux parties volées parce que depuis le début de la saison on s’en fait voler à la maison, citait en exemple Landry. Ils nous ont dominés du côté des lancers, mais j’ai trouvé que l’implication des cinq joueurs de protéger l’enclave était là. »

Chez l’Armada, l’incapacité à marquer à cinq contre cinq s’est poursuivie. La séquence peut envieuse s’est étendue maintenant à 185 minutes et 37 secondes.

Peyton Hoyt a mis fin à cette disette en profitant du retour de lancer d’Antoine Demers qu’a servi le gardien des Olympiques Creed Jones. L’Armada a poursuivi avec Denisov au banc. Toutefois sur un repli défensif, l’Armada a cafouillé avec la rondelle ouvrant la porte à Boudrias pour clore la marque dans un filet désert.

« Quand tu veux marquer un but, il faut que ça fasse mal. J’ai regardé dans la chambre, il n’y avait pas un gars qui avait un sac de glace sur lui, analysait Richardson. Quand tu veux marquer, il faut que tu te positionnes à l’intérieur des cercles de mises en jeu. À part Teasdale, personne n’a marqué 30 buts. Il ne faut pas que tu choisisses les coins. (…) Lorsque tu auras 50 buts, tu pourras choisir ou tu veux mettre la rondelle. C’est ce qu’on m’a déjà dit. »

Joël Teasdale était d’accord avec son entraîneur que l’équipe ne rentrait pas suffisamment dans l’enclave au cours des dernières rencontres. Il reconnaissait que la majorité de ses filets ont été inscrits dans l’enclave.

« Il y a des jeunes qui ne sont pas habitués de mettre le nez dans le trafic, racontait l’attaquant de l’Armada. C’est juste le désir de marquer qu’on n’a peut-être pas assez en ce moment. »

Match aller remporté in extremis

L’Armada s’était sauvée avec les honneurs vendredi dernier à Gatineau. La troupe de Bruce Richardson l’a emporté par la marque de 5-4. À deux reprises, les Olympiques ont répliqué avec deux buts en moins de sept secondes.

Shawn Boudrias, Maxim Trépanier, Metis Roelens et Jeffrey Durocher ont eu raison d’Emile Samon. Les deux derniers buteurs de l’équipe outaouaise ont touché la cible lors de la dernière minute de jeu en temps réglementaire.

Luke Henman a tranché l’égalité en surtemps avec son troisième de la saison, lui qui concluait sa soirée de travail avec deux points. Aleksi Anttalainen et Alexander Katerinakis ont terminé la soirée avec une fiche personnelle identique à Henman. Samuel Desgroseilliers et Joël Teasdale ont aussi enfilé l’aiguille. Quant à lui, Samuel Bolduc a récolté deux passes.

Blainville-Boisbriand reprendra le collier jeudi soir en recevant les Cataractes de Shawinigan.

- PUBLICITÉ -

La dernière édition

Section concours

Concours voyage au Melia Punta Cana Beach Resort
- PUBLICITÉ -
Top