- PUBLICITÉ -
Une entente à la fois saluée et décriée

Crédit photo Airbus 2017 – Les dirigeants de Bombardier et d’Airbus ont célébré leur pacte, dès le lendemain de son annonce, à Blagnac, dans la banlieue de Toulouse, en France.

Une Entente à La Fois Saluée Et Décriée

Airbus et Bombardier: une entente à la fois saluée et décriée

Bombardier et Airbus

La décision d’Airbus et de Bombardier de devenir partenaires du programme aéronautique C Series, en vertu d’un accord signé le lundi 16 octobre dernier, avec l’engagement que «le siège et la chaîne d’assemblage principale de la gamme C Series resteront au Québec, avec le soutien des fournisseurs des deux entreprises dans le monde», a à la fois été saluée et critiquée par les intervenants concernés.

Cette décision fait suite, rappelons-le, à l’imposition, fin septembre, de droits compensatoires préliminaires de près de 220 % sur les avions de la C Series par le département du Commerce américain à la suite d’une plainte de Boeing, auxquels se sont ajoutés, deux semaines après, des droits antidumping de 79,82 %.

Des réactions positives

«Nous sommes ravis d’accueillir Airbus dans le programme C Series. Airbus est le partenaire idéal pour nous, le Québec et le Canada. Ce partenariat devrait plus que doubler la valeur du programme et permettre à nos avions innovants d’atteindre leur plein potentiel» , a déclaré, le jour de l’annonce de cette décision, Alain Bellemare, président et chef de la direction de Bombardier Inc.

La vice-première ministre et ministre de l’Économie, de la Science et de l’Innovation, Dominique Anglade, estime, pour sa part, qu’il s’agit de «la meilleure solution pour assurer le maintien et la création d’emplois dans ce secteur stratégique de l’économie du Québec» .

Le maire sortant de Mirabel, Jean Bouchard, voit également d’un bon œil cette association entre les deux entreprises qui, à son avis, devrait donner un «nouveau souffle» à la vente et à la production des avions de la C Series, assemblés, faut-il le rappeler, par quelque 2 000 employés à Mirabel même.

«Avec cette annonce, la production d’appareils de la C Series dans les installations mirabelloises pourrait être portée à 120 aéronefs par année. Cette nouvelle collaboration d’affaires, qui mise sur l’expertise, la crédibilité et la notoriété d’Airbus et le savoir-faire de Bombardier se traduira, peut-être, à Mirabel, par l’agrandissement des installations actuelles et la création de nouveaux emplois» , s’est-il réjoui.

La CAQ critique Couillard

De son côté, le chef de la Coalition Avenir Québec, François Legault, dont la formation est représentée dans Mirabel par la députée Sylvie D’Amours, souligne qu’il est clair que le premier ministre Philippe Couillard a négocié «en amateur et a perdu son pari» en plaçant 1,3 milliard de dollars de l’argent des Québécois dans l’aventure de la C Series.

«Bien que le nouveau partenariat représente une nouvelle encourageante pour les 2 000 travailleurs de Bombardier qui voient leur emploi préservé au moins à court terme, je réitère le fait que M. Couillard aurait dû investir dans l’ensemble du groupe Bombardier, tout en négociant une garantie sur les emplois totaux de l’entreprise. Les Québécois ont le droit de savoir combien ça va nous coûter pour protéger 2 000 emplois» , a-t-il dit.

- PUBLICITÉ -

La dernière édition

Section concours

- PUBLICITÉ -
Top