- PUBLICITÉ -

Bootblack: tome 1 (Dargaud).

Bulles à lire: Bootblack – Dans les yeux de Lya

Après nous avoir entraînés à New York, au début des années 1930, avec le diptyque Giant (Dargaud), voilà que le bédéiste québécois Mikaël nous refait le coup avec un autre récit qui se déroule à nouveau dans les ruelles sombres et misérables de La Grosse Pomme.

Cette fois, c’est l’histoire d’Altenberg, nom du village natal de ses parents, en Allemagne, dont il est question, ou plutôt d’Al comme il a choisi de se faire appeler. Le récit débute en 1945, sur le front, alors qu’Al, seul rescapé de son unité, enterre ses compagnons. «Tout ça pour en arriver là», murmure-t-il…

Et pour comprendre comment Al en est justement arrivé là, on le retrouve, jeune, un jour d’automne 1929, en dispute avec son père. Il fugue du foyer familial, le temps d’une nuit, puis au retour chez lui, le bâtiment où il vit est la proie des flammes. La rue devient alors son seul foyer, et sa vie celle d’un cireur de souliers, ou plutôt celle d’un «bootblack». Mais sa vie changera lorsque son regard croisera celui de Maggie…

Illustrateur autodidacte, Mikaël a d’abord été un auteur complet de livres pour enfants avant de se lancer, au début des années 2000, dans la bande dessinée. À partir de 2006, il se tourne vers un lectorat adulte, avec un graphisme plus réaliste. Entre 2013 et 2015, il dessine Promise (Glénat), d’après un scénario de Thierry Lamy; les deuxième et troisième volets remportent incidemment le Grand Prix de la Ville de Québec en 2015 et 2016. En 2017, il fait son entrée chez Dargaud avec la série Giant, dont le premier tome a été récompensé par le prix BD RTL en 2018.

À nouveau, Mikaël, qui signe, tout comme il l’avait fait pour Giant, à la fois les dessins et le scénario, nous offre ici un récit bien rythmé, bien dessiné, bien documenté et bien raconté. Dès la première page, on ne peut résister à lire ce premier tome de la série Bootblack (Dargaud) jusqu’à la toute fin. Et espérer que le deuxième tome sera disponible assez rapidement.

Dans les yeux de Lya

Un polar pour les préados? Voilà ce que proposent Carbone, la scénariste de la série La boîte à musique (avec Gijé), et Justine Cunha, dont c’est ici la toute première BD, avec la série Dans les yeux de Lya (Dupuis) et un premier tome intitulé En quête de vérité.

Cette nouvelle série tourne autour de Lya qui, à la veille de ses 17 ans, se fait renverser par un chauffard qui prend la fuite, la laissant pour morte. Elle survivra, mais devra rester en fauteuil roulant toute sa vie. Quatre ans ont passé et Lya, après ses études, décroche un stage dans le même cabinet d’avocats qui avait réglé son cas des années auparavant. Ce n’est pas par hasard, car Lya a, en effet, découvert que ses parents avaient accepté à l’époque de ne pas intenter de poursuites judiciaires contre le chauffard en échange d’un montant d’argent. Lya est donc décidée à retrouver celui qui l’a renversée et à lui faire payer. Elle va donc chercher à en savoir davantage… Une nouvelle série tout public à la fois attachante et sympathique que les jeunes sauront apprécier.

- PUBLICITÉ -

Nos chroniques

La dernière édition

Section concours

Concours Voyage  forfait tout inclus avec Air Transat
- PUBLICITÉ -
Top