- PUBLICITÉ -
Vikings: La passion et la détermination de Benoit Brodeur et Guillaume Bisaillon

Guillaume Bisaillon

Vikings: La passion et la détermination de Benoit Brodeur et Guillaume Bisaillon

C’est leur passion pour le hockey et leur détermination à faire leurs classes qui font en sorte que Benoit Brodeur et Guillaume Bisaillon, entraîneurs adjoints chez les Vikings de Saint-Eustache (Ligue de hockey midget AAA), bâtissent leur avenir.

L’embauche de Guillaume Bisaillon à titre d’adjoint a été officiellement annoncée par l’équipe, le 7 mai dernier, à la suite du départ de Jean-Philippe Bélair, alors engagé comme entraîneur‑chef au niveau Espoir avec le Royal de Montréal. M. Bisaillon fait partie de l’organisation depuis quelques années, ayant été entraîneur adjoint pendant deux ans avec les Vikings de Saint-Gabriel de la Ligue juvénile Division 1. Il a aussi été entraîneur‑chef des Sélects du Nord bantam AAA. Comme joueur de hockey, il a évolué avec les Régents de Laval en 2005‑2006 et avec les organisations de Granby et de Sainte-Agathe dans le circuit junior AAA du Québec entre 2007 et 2010.

Originaire de Mont-Laurier, il a aussi été entraîneur là‑bas d’une équipe de bantam BB pendant un an. Chez les Vikings, son travail consiste à étudier le match découpé par séquences vidéo et à préparer, à partir du mardi, le plan qui sera présenté aux joueurs à partir du jeudi. Au sein des Vikings, Guillaume Bisaillon est responsable de la défensive. «On essaie de voir les bons coups des joueurs et nous analysons les autres équipes aussi, puis nous exprimons nos points de vue», explique‑t‑il.

Pour sa part, Benoit Brodeur a fait ses classes au cours des dernières années avec les Seigneurs des Mille-Îles, un club qui évolue au niveau midget espoir. M. Brodeur en est à sa première année comme entraîneur adjoint avec les Vikings de Saint-Eustache. Il a aussi cumulé simultanément les fonctions de joueur au niveau junior AAA et entraîneur d’une équipe de peewee BB. Entre autres responsabilités chez les Vikings, Benoit Brodeur s’occupe de l’avantage numérique, analysant lui aussi les séquences vidéo de ses joueurs et le comportement des autres équipes sur la glace afin de tirer profit de leur système de jeu. Benoit Brodeur affirme avoir beaucoup appris en raison de son expérience avec des jeunes de 10 à 12 ans, puis des joueurs de niveau midget espoir.

Les deux jeunes hommes ont évidemment la piqûre du coaching, mais pour arriver à développer leur carrière, ils sont d’avis qu’il y a une question de timing. Leur entourage fait aussi preuve de compréhension et les appuie dans leurs démarches.

Benoit Brodeur et Guillaume Bisaillon ne font pas qu’analyser leurs protégés durant la semaine en tentant de mettre à profit leurs connaissances durant les pratiques. Les deux entraîneurs adjoints sont aussi très actifs pendant les matchs. «Nous apportons beaucoup de correctifs, par exemple sur le positionnement, avec beaucoup de positif», explique Benoit Brodeur. «Nous donnons beaucoup de feedback, et on essaie d’analyser les tendances», poursuit Guillaume Bisaillon.

«Même s’ils sont jeunes, ils sont capables d’en prendre», affirme l’entraîneur‑chef et vice-président des opérations hockey chez les Vikings, Dave Thériault, qui encourage ses jeunes adjoints à prendre des responsabilités. Un peu comme aux niveaux supérieurs, les adjoints jouent aussi un rôle de motivateur et de confident auprès des joueurs.

- PUBLICITÉ -

La dernière édition

- PUBLICITÉ -
Top