- PUBLICITÉ -
Une transaction qui a secoué Guillaume Gauthier

Même si les dirigeants des Voltigeurs de Drummondville savaient que Guillaume Gauthier se plaisait au sein de cette organisation

Une transaction qui a secoué Guillaume Gauthier

Passant au Cap‑Breton

Au début de janvier, lors de la date limite des transactions dans la Ligue de hockey junior majeur du Québec, les Voltigeurs de Drummondville ont tout de même accepté de se départir des services de Guillaume Gauthier même s’ils ne tenaient pas nécessairement à l’échanger.

Lorsqu’ils ont su que le marché pouvait être complété pour mettre la main notamment sur William Carrier, un choix de 2e ronde des Blues de Saint‑Louis en 2013, qui jouit d’une excellente réputation dans la LHJMQ, en cédant Gauthier et un choix de 1re ronde en 2015, l’état-major drummondvillois s’est exécuté.

Pour Gauthier, un Marthelacquois âgé de 18 ans, cette annonce a constitué un choc pour lui. Depuis son acquisition de l’Océanic de Rimouski en décembre 2011, il se plaisait grandement au sein des Voltigeurs. En 41 parties seulement cette saison, il avait déjà surpassé son meilleur total à vie dans le circuit Courteau avec 38 points. Reconnu pour ses qualités offensives, il avait travaillé fort aussi ces deux dernières années pour devenir un joueur plus complet.

Au moment qu’il a appris qu’il passait des Voltigeurs aux Screaming Eagles du Cap‑Breton, l’ailier droit de 5 pieds 10 pouces et 182 livres traversait une séquence léthargique sans but.

Cela s’est poursuivi à son arrivée avec sa nouvelle formation. Pourtant, entre autres, lors du match du 10 janvier dernier contre l’Armada de Blainville-Boisbriand, ce n’est pas les chances de marquer qui lui ont manqué. Jumelé à d’autres excellents attaquants offensifs en Cameron Darcy et Charles-Éric Légaré, ils ont bourdonné autour du filet adverse pendant une bonne partie de la soirée.

Confiance affectée

Déjà pris avec une disette de buts, le fait de se familiariser avec un environnement fort différent au Cap-Breton lui a demandé beaucoup d’adaptation. Contrairement à Drummondville où, pour plusieurs parties sur la route, ça ne nécessitait pas de longs déplacements, au Cap-Breton, le club adverse le plus près s’avère à quatre heures d’autobus.

Bref, après plusieurs autres semaines sans trouver le fond du filet, Gauthier a finalement cassé la glace avec sa nouvelle équipe le 26 janvier, et ce, face aux Saguenéens de Chicoutimi. Au total, au moment d’écrire ces lignes, il a récolté 2 buts et 5 aides en 16 rencontres.

Rencontré après son acquisition par les Screaming Eagles du Cap-Breton, le directeur général adjoint de ce club, Jacques Carrière, a parlé en termes élogieux de Guillaume Gauthier. «Malgré la perte de William Carrier, nous misons sur un attaquant de talent en Guillaume. Ses talents de passeur et son habileté à déployer ses habiletés offensives en zone restreinte contribueront grandement, selon nous, à l’équipe. Avec l’expérience qu’il continuera d’acquérir et la profondeur de nos attaquants, nous sommes optimistes de le voir devenir encore plus dominant dans le circuit.»

Avec deux autres saisons d’éligibilité au niveau de la LHJMQ, et à défaut d’aspirer aux grands honneurs avec les Voltigeurs, Gauthier risque fort bien de se retrouver l’an prochain avec une formation des Screaming Eagles encore plus redoutable. Sur le plan individuel, s’il peut améliorer son explosion sur patins, il risque de donner encore plus de maux de tête aux défenses adverses.

- PUBLICITÉ -

La dernière édition

- PUBLICITÉ -
Top