- PUBLICITÉ -
Une première étape franchie pour les Patriotes

Auteur de trois coups sûrs dans le second match face aux Orioles

Une première étape franchie pour les Patriotes

En séries éliminatoires

Rendu maintenant directeur-gérant des Patriotes de Saint-Eustache, l’ancien entraîneur‑chef Charles St‑Laurent est bien placé pour dire qu’en séries éliminatoires, une fois que la première victoire a été acquise, une tonne de pression s’envole.

Dans leur confrontation quart de finale 3 de 5 qui les oppose aux Orioles de Montréal, les porte-couleurs eustachois l’auront finalement amorcé du bon pied en remportant le premier match au compte de 2‑0. Faut dire que le lanceur partant des Patriotes, Bruno‑Pierre Marcil, a grandement facilité la tâche de ses coéquipiers en étant sublime sur la butte. En n’affrontant que trois frappeurs au‑dessus du minimum, il a finalement signé une partie sans point ni coup sûr, ne concédant que trois buts sur balles. En plus de très bien mélanger ses différents lancers, ces derniers avaient beaucoup de mordant. Une belle preuve de cela, c’est que le droitier de 22 ans a totalisé 13 retraits sur des prises. Par ailleurs, mine de rien, avec cet autre jeu blanc à son palmarès, il en compte maintenant trois en carrière en séries dans le circuit de baseball junior AA Rive‑Sud/Montréal.

Du côté des Orioles, à l’image de Marcil, le partant Christopher Labre a été très solide, à part la 2e manche, où il a manqué de contrôle. En tout et partout, en 6 manches, il a alloué un seul point mérité sur 3 coups sûrs et 4 buts sur balles.

Triomphe à sens unique

Habituellement, plus une série se prolonge, le club qui a été établi favori en raison de son classement en saison régulière détient une longueur d’avance, ayant plus de profondeur au monticule.

Chose certaine, de la façon dont les joueurs des Patriotes ont entrepris la seconde rencontre, ils ne semblaient pas avoir l’intention que cette confrontation avec les Orioles s’étire inutilement. Nullement intimidés sur le terrain de leurs rivaux, les Eustachois ont tonné pour 7 et 8 points, respectivement en 1re et 2e manches, en route vers une victoire sans équivoque par la marque de 15‑1.

Dans ce festival offensif, pour les vainqueurs, sur les 17 coups sûrs amassés, les Francis Duquette, Jérémie Maillé‑Bizier et Francis Trottier en ont récolté trois chacun. Durant ce match, Maillé‑Bizier s’est même permis le luxe de voler le marbre.

Ainsi, cela a grandement facilité la tâche de l’artilleur des Patriotes, Alexandre Chalut qui, du même coup, a enregistré la victoire.

Le coup de grâce

Acculés au pied du mur, les Orioles se sont lancés en avant 2‑0 dans le 3e match. Cependant, le lanceur partant des locaux, Simon Lamontagne, s’est drôlement ressaisi. Pendant qu’il liquidait 13 frappeurs de suite entre la 2e et la 6e manche, ses compagnons de jeu ont provoqué l’égalité pour ensuite inscrire le point qui devait s’avérer celui de la victoire, à la suite d’un double de Pierre‑Luc Pépin en fin de 5e.

En 7e, venu en relève à Lamontagne, Bruno‑Pierre Marcil a fermé les livres, de sorte qu’à l’issue de ce triomphe de 3‑2, les Patriotes ont éliminé leurs rivaux montréalais. Ils attendent donc maintenant le dénouement de la série entre les Voltigeurs de Sainte-Thérèse et les Seigneurs de Repentigny, afin de connaître l’identité de leurs adversaires en demi‑finale. Que ce soit les Voltigeurs ou les Seigneurs, c’est loin d’être dans le sac pour les Patriotes.

- PUBLICITÉ -

La dernière édition

- PUBLICITÉ -
Top