- PUBLICITÉ -
Une année 2012 qui a démarré sur des chapeaux de roues

S’adonnant à cette discipline sportive depuis sa tendre enfance, Samuel Ouellet considère que le baseball lui a redonné beaucoup à travers les années.

Une année 2012 qui a démarré sur des chapeaux de roues

Samuel Ouellet

Arrivé en sol eustachois au milieu de l’adolescence en provenance du Saguenay, les aptitudes de Samuel Ouellet n’ont jamais cessé d’éclore depuis ce temps. En plus d’être recruté par le programme de l’Académie de baseball du Canada (ABC), il a fait partie de l’équipe du Québec des 17 ans et moins et a eu l’opportunité de prendre part à quelques championnats nationaux.

Son brio comme athlète jumelé à ses bons résultats sur les bancs d’école lui ont permis d’obtenir une bourse du Collège américain de Clarendon. Actuellement, il dispute sa dernière saison d’éligibilité à ce niveau. Pour le garder au sommet de sa forme, celui qui campe le rôle de partant numéro un de son équipe est employé exclusivement comme lanceur.

Faut croire que son entraîneur-chef a visé juste, puisque Ouellet s’avère dominant depuis l’ouverture du calendrier régulier. Avant de subir son premier revers, récemment, il avait signé neuf gains. Lors de sa première défaite de la saison, en six manches, la sortie de Ouellet fut tout de même très respectable, accordant trois points mérités sur sept coups sûrs et quatre buts sur balles. Le hic pour Ouellet, c’est que ses coéquipiers ont été fort silencieux en attaque, blanchis finalement au compte de 3-0.

Un calendrier chargé

Au moment d’écrire ces lignes, Ouellet et le reste de sa formation s’apprêtent à entreprendre les étapes menant au Championnat collégial des États-Unis. Pour atteindre cette ronde ultime, son club devra remporter le championnat de l’État du Texas. Selon le jeune homme de 22 ans, ce fait d’armes peut être fort envisageable étant donné qu’en saison régulière, son équipe a connu passablement de succès.

Soit dit en passant, dès qu’il aura complété son séjour collégial au pays de l’oncle Sam, l’Eustachois rejoindra le Royal de Repentigny dans la Ligue junior élite. Aux dires de celui-ci, avec la qualité des joueurs à sa disposition, le Royal peut prétendre aux grands honneurs cette année. C’est donc dans un contexte qui s’annonce fort motivant qu’il vivra son ultime saison dans les rangs juniors. Par surcroît, en sol québécois, utilisé aussi à d’autres positions que celle d’artilleur, Ouellet trépigne déjà de fébrilité à apporter sa contribution, en tant que frappeur et joueur de 2e but notamment.

Boursier universitaire

Malgré les succès qu’il obtient présentement, Samuel Ouellet ne rêve pas en couleur quant à ses chances d’intéresser une équipe professionnelle. Dans son cas, c’est une blessure qui l’a empêché d’être à son maximum lors de son année marquante pour le repêchage, ce qui, selon lui, lui a fait très mal en ce sens. «À mon âge, les recruteurs des clubs professionnels lorgnent davantage des joueurs plus jeunes. Je me considère chanceux tout de même. Jusqu’à maintenant, j’ai pu parfaire mes études en obtenant des bourses et en vivant des expériences fort stimulantes sur le plan sportif et personnel.»

Sa progression et ses succès sur le terrain lui ont d’ailleurs permis de décrocher une bourse avec le club de l’Université A&M au Texas, en division 2. Ainsi, à compter de l’automne prochain, en plus d’entreprendre des études dans le domaine sportif (spécialisation à venir), il cherchera à contribuer au succès d’un programme de baseball fort reconnu.

 

- PUBLICITÉ -

La dernière édition

- PUBLICITÉ -
Top