- PUBLICITÉ -
Un premier Garden Gazelles au Québec

«Gazelle un jour

Un premier Garden Gazelles au Québec

Rallye Aïcha des Gazelles au Maroc

Six mois avant leur départ pour le Rallye Aïcha des Gazelles 2014, dans les parties désertes du Sud marocain, les aspirantes gazelles ont pu apprendre de l’expérience des anciennes participantes, à la Cabane à Sucre Lalande, à Saint-Eustache, dimanche dernier. Les organisateurs du premier Garden Gazelles québécois se sont inspirés du rassemblement annuel en France, pour offrir des kiosques d’information et d’inscription, des projections de vidéos souvenir et les discours de la créatrice Dominique Serra, ainsi que de la porte-parole québécoise Marilou Wolfe.

«Le rallye est venu de l’idée que les femmes sont capables d’accomplir des choses exceptionnelles et de leur donner une visibilité qu’elles n’avaient pas dans le monde automobile», résume Dominique Serra. Cette année, neuf équipes canadiennes sur 150 participeront au rallye hors-piste. Créée en 1990, la compétition féminine a pour but de franchir les bornes en roulant sur le moins de kilomètres possible, sans GPS ni vitesse, et rassemble depuis 1990 des femmes de 18 à 65 ans, de 33 nationalités différentes. À ce jour, 398 ont déjà pris part à la course.

«C’est une compétition sportive qui donne énormément de confiance en soi, formule l’organisatrice de la division Québec, Isabelle Comtois. Durant la course, tu vas pleurer, tu ne sauras pas où tu es, et tu ne vivras pas nécessairement les mêmes conflits intérieurs que ta partenaire», raconte-t-elle, ajoutant qu’elle a énormément appris sur elle-même lors de sa participation, en 2001.

La sécurité des gazelles est assurée par des équipements de technologie pouvant émettre des signaux de détresse aux organisateurs, qui suivent de près les équipes grâce à des appareils de localisation par satellite, explique Louise Bergeron. L’ancienne participante donne des stages de navigation aux apprenties, à Saint-Eustache. «Pour participer à la compétition, il ne faut pas être exagérément en forme, mais il faut s’entraîner un peu. Dans le désert, c’est certain que tu vas pelleter, dans la grosse chaleur, avertit-elle. Mais si ta tête veut, le reste suit!», image-t-elle.

«Le moment le plus difficile, c’était la traversée des dunes de sable», se rappelle Claudyne Franche. La participante québécoise de l’édition 2011 insiste sur la difficulté de constamment faire des choix, tant pour survivre que pour avancer dans la course.

Une journée de route typique débute à quatre heures tapantes, avec la voix de Dominique Serra en guise de réveil matin, avant la réunion matinale qui prépare les gazelles à ce qui les attend durant la journée. «On roulait, on roulait, sans même penser à manger, ricane Josianne Tardif, également du rallye en 2011. On n’arrêtait pas avant huit heures le soir.»

Les frais de participation au rallye s’élèvent de 25 000 à 40 000 dollars, pour notamment les frais d’inscription, le voyage, l’équipement, la location de véhicule et de l’appareil de sécurité et le stage de navigation.

L’inscription pour l’édition 2014, qui se déroulera du 14 au 29 mars 2014, sera ouverte jusqu’au 1er février, sur le site Internet de l’évènement [www.rallyeaichadesgazelles.com]. 

 

 

- PUBLICITÉ -

Nos chroniques

La dernière édition

- PUBLICITÉ -
Top