- PUBLICITÉ -
Un peu (et beaucoup) de tout en 50 ans!

Photo Benoît Bilodeau - André Roy, toujours passionné par son métier de journaliste sportif!

Crédit photo Michel Chartrand (R) - Un grand moment pour André Roy, Jean-Claude Langlois et Rémi Binette, récipiendaires en 2009 de la Médaille de l’Assemblée nationale.
Crédit photo Michel Chartrand (R) - Les reportages photos d’André Roy, toujours fort appréciés par les organismes du milieu.
André Roy, honoré pour avoir été le président d’honneur du marathon de Saint-Eustache.
Le journal LaConcorde, ici représenté par Jean-ClaudeLanglois etAndré Roy, a été associée comme commanditaire à la course automobile.
Crédit photo Pierre Latour (R) - André Roy, nommé premier membre honoraire de la Fondation Élite Saint-Eustache.

Un peu (et beaucoup) de tout en 50 ans pour André Roy!

Pour André Roy, journaliste sportif

«Le sport, c’est fort» , aimait à dire l’ancien rédacteur en chef de votre hebdo L’ÉVEIL, Rémi Binette. Et si le sport était et est encore fort dans la région, c’est grâce à un homme nommé André Roy, un natif de Saint-Augustin. Fait de plus en plus rarissime, l’ancien barbier de Laval-Ouest va célébrer, le 28 octobre prochain, 50 ans de vie journalistique dans le domaine des sports pour les journaux que le Groupe JCL a publiés et distribués durant cette période sur le territoire des MRC de Deux-Montagnes et de Mirabel.

Car André Roy, tout comme Rémi Binette, a été de ceux qui ont accompagné le défunt Jean-Claude Langlois lorsque celui-ci a décidé de lancer le journal LA CONCORDE, qui allait devenir un concurrent direct du journal La Victoire qu’avait fondé l’ancien député, ministre et premier ministre Paul Sauvé. Le tout premier numéro de ce nouvel hebdomadaire paraît le 28 octobre 1969; mais c’est le 1er octobre de cette même année qu’André Roy était officialement engagé. Deux ans plus tard, M. Langlois se porte acquéreur du journal L’Éveil des Deux-Rives, dont le nom deviendra tout simplement L’ÉVEIL.

Un nom déjà bien connu

Mais avant de se lancer dans cette grande aventure, le nom d’André Roy était bien connu dans la région puisque celui-ci a d’abord signé une chronique appelée «Vu et entendu chez le barbier de Laval-Ouest» dans le journal La Victoire, où il va croiser (eh oui!) Jean-Claude Langlois et Rémi Binette.

Il y signe à partir du 30 mars 1966 (selon des recherches non exhaustives) cette chronique, puis une autre qui a pour titre «La Ligue de hockey des Deux-Montagnes à son meilleur» .

Puis, le mercredi 17 mai 1967, il fait la une du journal La Victoire quand la direction annonce qu’elle a «retenu les services de M. André Roy comme rédacteur sportif» . Il signe dans cette édition une chronique qu’il a choisi de nommer «Tourbillon sportif» , dans laquelle, déjà, il parle «d’un peu de tout» ce qui touche le domaine des sports.

Avec les années, «Un peu de tout» deviendra le titre définitif de sa chronique hebdomadaire et André Roy aura même par après sa page bien à lui dans la section des sports. Et c’est sans oublier ses fameux «Bonne fête!» , appréciés de tous!

Faire rayonner le monde du sport

Désireux de faire rayonner les jeunes sportifs comme les plus vieux, les bénévoles qui œuvrent avec passion dans les différentes ligues et associations, les organismes qui soutiennent différentes causes, et même les gens d’affaires et professionnels qui s’adonnent à une activité sportive, André Roy va demander et obtenir de Jean-Claude Langlois et Rémi Binette à ce que 1/6 des pages de L’ÉVEIL soit consacré aux sports. Aussi, un supplément appelé Le Sportif verra le jour durant quelques années.

Collègue de travail plus qu’apprécié, ancien guitariste pour le groupe «Les Blue Barbers» , excellent joueur de tennis et golfeur, André Roy est reconnu de tous pour sa grande amabilité, sa serviabilité et son grand cœur. Il n’a pas hésité, au fil des décennies, à associer son nom à différentes causes et même à organiser des tournois de golf et évènements pour ces mêmes causes.

Bien évidemment, tous tiennent à féliciter André Roy pour ces belles 50 années, et plus même, qu’il a consacrées aux sports avec cette passion qui demeure, encore aujourd’hui, bien présente!

À LIRE AUSSI: André Roy: «Une vie professionnelle bien remplie»

 

- PUBLICITÉ -

La dernière édition

Section concours

- PUBLICITÉ -
Top