- PUBLICITÉ -
Miikaël Kingsbury, FIS, Coupe du monde, ski acrobatique

Vainqueur à deux reprises en fin de semaine dernière, le Deux-Montagnais Mikaël Kingsbury a raflé un sixième Globe de cristal en Coupe du monde en autant d’années. Crédit photo: FIS

Un Mikaël Kingsbury impérial en Coupe du monde

Surnommé le «King des bosses», le Deux-Montagnes Mikaël Kingsbury a, une fois de plus, prouvé que cela n’était pas un jeu de mots sans doute facile en raison de son nom de famille, remportant les deux courses auxquelles il a pris part en fin de semaine dernière. Du coup, il a raflé son sixième Globe de cristal en autant d’années.

Surnommé le «King des bosses», le Deux-Montagnes Mikaël Kingsbury a, une fois de plus, prouvé que cela n’était pas un jeu de mots sans doute facile en raison de son nom de famille, remportant les deux courses auxquelles il a pris part en fin de semaine dernière. Du coup, il a raflé son sixième Globe de cristal en autant d’années.

Le bosseur de 24 ans a complété une saison quasi sans faille en raflant l’or à deux reprises à Thaiwoo, en Chine, sur le futur site des Jeux olympiques d’hiver en 2022, samedi, en simple, et dimanche, lors de l’épreuve en parallèle.

Il s’agissait de son troisième doublé de la saison 2016-2017, après ceux de Deer Valley, aux États-Unis, et de Tazawako, au Japon. Qui plus est, le skieur de Deux-Montagnes a complété sa huitième saison sur le circuit avec sept victoires consécutives. Il en a compté neuf au total en 11 départs, ayant été exclu du podium une seule fois, alors qu’il avait terminé sixième à Lake Placid.

La veille, il avait remporté ce qui constituait alors sa 41e victoire en carrière. En 82 départs, le «King des bosses» a signé en tout 42 victoires, un record qu’il ne cesse de renouveler chaque fois qu’il monte sur la première marche du podium.

Heureux et reconnaissant

«Je n’avais pas beaucoup de pression aujourd’hui [samedi]. Je savais que j’avais déjà remporté le Globe de cristal. En haut de la piste, il y avait la chanson Johnny B. Goode que j’aimais qui jouait et il y avait un beau soleil, je n’ai eu qu’à exécuter mon plan, ce n’était pas compliqué dans ma tête et c’est ce qui a fait que j’ai gagné», a d’abord expliqué Mikaël au terme de sa 10descente de la saison.

Puis, après celle de dimanche, sa 11e donc, le Deux-Montagnais s’est dit très «content» de sa victoire. «J’étais satisfait de la manière avec laquelle j’ai skié hier [samedi], et aujourd’hui [dimanche]. J’avais comme seul objectif de m’amuser. Je suis extrêmement heureux et reconnaissant pour tout ce qui est arrivé cette saison», a-t-il commenté.

Rendez-vous en Espagne pour les Championnats du monde

La piste de Thaiwoo était le dernier arrêt du circuit de la Coupe du monde FIS pour la saison 2016-2017. Les athlètes profiteront maintenant de quelques jours de repos avant de prendre la direction de Sierra Nevada, en Espagne, où se tiendront les Championnats du monde les mercredi 8 et jeudi 9 mars prochains.

En début de saison, Mikaël avait avoué sans détour que son objectif était de remporter les deux courses. «J’ai déjà gagné une fois en simple et une fois en parallèle. Ce serait bien de pouvoir remporter les deux courses cette année», avait alors glissé le skieur en entrevue avec nos hebdos.

Il y a deux ans, à Kreischberg, en Autriche, Mikaël avait d’abord terminé deuxième en simple, puis premier en parallèle devant son bon ami Philippe Marquis. Son coéquipier Marc-Antoine Gagnon avait, lui, décroché le bronze pour un podium tout québécois.

- PUBLICITÉ -

La dernière édition

Section concours

- PUBLICITÉ -
Top