- PUBLICITÉ -

Thomas Nepveu, en piste au volant d’un kart.

Thomas Nepveu en route vers une carrière en IndyCar

Originaire d’Oka, Thomas Nepveu, 16 ans, pilote des bolides de course depuis qu’il est en âge de marcher… ou presque. C’est à l’âge de 6 ans, après une courte carrière en motocross, qu’il s’est assis pour la première fois dans un kart. Depuis, il n’a cessé de progresser.

La saison 2021, chez les séniors, sera déterminante dans la suite de la carrière du jeune pilote au sein de Birel Art Racing qui rêve déjà à la série IndyCar. Le fait de courser dans la série USF2000 en marge de laquelle 18 départs sont prévus, pourrait lui ouvrir grandes les portes de cette série culte aux États-Unis. Il prendra également part à plusieurs championnats de karting au cours de la saison, ajoutant ainsi 11 week-ends de courses à un programme déjà bien chargé. Mais il est habitué de vivre dans ses valises.

«Durant les deux dernières années, raconte Thomas, j’ai fait extrêmement beaucoup de courses de karting. Je suis notamment allé en Europe où j’ai beaucoup appris en participant aux championnats européens deux années de suite, soit une année chez les juniors et l’autre chez les seniors, en plus de faire des championnats mondiaux.»

L’année dernière, il a couru pour la première fois en monoplace, en Formule 4. En trois courses au Mexique, il en a remportée une et est monté deux fois sur le podium.

«Le plus de courses que je vais faire, le mieux je serai mentalement en piste et le plus je vais m’améliorer»

Trois bolides en 2021

En 2021, Thomas évolue dans deux séries bien distinctes en kart, soit la SKUSA (classe X30 Senior) sur machine de 125cc à entraînement direct et un frein arrière ainsi qu’en série ROK (classe Shifter ROK) sur une machine plus puissante (43 ch) équipée d’une boîte à six rapports et des freins avant. Il pilotera donc trois types de véhicules en 2021 si on ajoute la monoplace de la USF2000, de quoi ajouter de nouvelles connaissances à son bagage professionnel.

Les week-ends des 8, 9 et 10 janvier (en série SKUSA) à Homestead en Floride, et des 15, 16 et 17 janvier (ROK), à Pompano Beach, avaient lieu les deux premiers week-ends de courses de la saison.

«La première fin de semaine a été complexe. Nous avons eu de la difficulté avec le châssis. Tout le week-end, nous avons essayé plusieurs ajustements, mais avons eu de la difficulté à obtenir de bons réglages pour pouvoir être rapides.»

Puis, le 17 janvier, en finale, parti 7e sur 32, Thomas a réussi à remonter 4e au départ, mais n’a eu autre choix que d’abandonner après un accrochage au 8e tour.

Participer à plusieurs championnats comme le fait Thomas cette saison représente un total de 21 évènements professionnels de deux à quatre journées. Chacun des week-ends est composé d’essais, de qualifications et d’une ou deux courses finales selon la série. Le temps important passé en piste, en plus de celui sur simulateur, accélèrera la vitesse d’apprentissage et l’accumulation d’expérience à haut niveau pour Thomas Nepveu qu’il ne serait pas surprenant de voir côtoyer les grands de la course automobile dans un avenir rapproché.

- PUBLICITÉ -

La dernière édition

- PUBLICITÉ -
Top