- PUBLICITÉ -
Thomas Nepveu à un rang de la finale en Allemagne

Thomas Nepveu, au volant de son kart.

Thomas Nepveu à un rang de la finale en Allemagne

Championnat européen de karting

En piste à Ampfing en Allemagne, où se déroulaient les championnats européens de karting, à la mi-juin, l’Okois Thomas Nepveu a peiné à se tailler une place parmi les meilleurs pilotes de la catégorie OK-Junior, terminant au 35e rang en qualification.

Pourtant, les essais qu’il avait réalisés les jours précédant la course auguraient bien, mais une fois en qualification, de nombreux accrochages l’ont relégué en bout de grille.

«Nous avions une bonne vitesse lors des tours d’entraînement, mais lorsqu’est arrivée la qualification, je n’ai pas été en mesure de compléter mon tour, je me suis donc retrouvé au 37e rang

Ce n’est pas évident pour n’importe quel pilote de se retrouver loin derrière, comme ce fut le cas pour Thomas. Les accidents deviennent alors choses courantes.

«C’est ce qui arrive lorsque tu pars à l’arrière. Les pilotes à l’avant ne veulent pas d’accident pour garder leur place sur la grille en finale alors que ceux qui les suivent veulent dépasser et, des fois, ça tourne mal» , d’expliquer le jeune homme avant d’ajouter que les qualifications en Europe diffèrent de celles aux États-Unis, ce qui lui a également nui dans sa préparation.

«Que tu sois en Europe ou aux États-Unis, les qualifications durent toutes les deux environ huit minutes, sauf qu’en Europe, contrairement aux États-Unis, les pilotes attendent qu’il ne reste que trois minutes avant de partir, alors on a souvent la chance de ne faire qu’un tour. Si tu le rates, tu te retrouves donc en mauvaise position sur la grille de départ» .

Un séjour en Europe satisfaisant

Quoi qu’il en soit, Thomas est satisfait de ses performances en sol européen.

«J’ai eu de mauvaises qualifications lors de toutes mes courses en Europe, mais je me suis quand même bien adapté au style de pilotage. Ce sont vraiment les qualifications qui m’empêchent d’avoir de meilleurs résultats» , de dire celui-ci.

Au moment d’écrire ces lignes, Thomas espérait pouvoir atteindre les finales d’une course européenne, mais pour cela, il devra se qualifier parmi les 34 premiers pilotes. À Ampfing, un seul rang l’a empêché de prendre part à la finale.

- PUBLICITÉ -

La dernière édition

Section concours

- PUBLICITÉ -
Top