- PUBLICITÉ -
Pêche à la truite: Quelques conseils pour pêcheurs occasionnels

L'étang du Bois de Belle-Rivière permet d'initier les jeunes à la pêche à la truite.

Pêche à la truite: Quelques conseils pour pêcheurs occasionnels

La saison de la pêche à la truite est officiellement ouverte depuis le 22 avril dernier et nous avons pensé parler à un expert pour nous confier quelques secrets afin de capturer ce poisson à la chair si savoureuse, mais surtout afin de venir en aide aux pêcheurs occasionnels.

Notre conseiller est Éric Légaré. Il taquine le poisson depuis l’âge de 5 ans et il gagne sa vie grâce à la pêche, car il travaille pour la compagnie Berkley, qui fabrique beaucoup de leurres pour capturer la truite.

Le lac des Deux Montagnes ou son prolongement qu’est la rivière des Mille Îles, c’est un magnifique plan d’eau pour la pêche, mais la truite est absente. Les pêcheurs vont plutôt y capturer, entre autres, brochet, doré, maskinongé, achigan ou perchaude.

Selon Éric Légaré, en avril, le meilleur de la pêche à la truite se passe au lac Champlain, plus au sud de la province. On y retrouve la truite grise ou touladi et la ouananiche aussi appelée saumon d’eau douce. «À ce temps-ci, la ouananiche va chercher l’eau plus chaude pour se nourrir en surface. Pour ce qui est de la truite grise, c’est un poisson qui va se nourrir en profondeur, mais pas nécessairement où il y a creux d’eau. On parle d’une profondeur entre 5 et 25 pieds d’eau. Elle va chercher à manger les poissons morts qui ont été régurgités par d’autres.»

Appâts

Ces poissons, on va les attraper avec des cuillères argentées ou des poissons nageurs en laissant traîner sa ligne derrière la chaloupe qui va à peine à un ou deux milles à l’heure. Il y a bien sûr le lancer à la mouche, mais la technique mentionnée précédemment est plus facile et peut être aussi utilisée pour les truites arc-en-ciel ou mouchetées que l’on va retrouver près de la surface dans les nombreuses pourvoiries du Québec et dans les Sépaq, et ce, pendant tout le mois de mai jusqu’au début de juin.

Lorsque le climat devient plus chaud dès la mi-juin, les truites retournent plus en profondeur pour chercher l’eau froide. Les pêcheurs aguerris vont capturer les plus grosses en utilisant des «down rigger» ou des marcheurs de fond jusqu’à des profondeurs de 50 ou 100 pieds. «Il faut cibler la thermo clim, soit la température idéale pour les truites qui est entre 0 et 3 degrés Celsius. Pour ce faire, le sonar permet de connaître la profondeur, la température, et où se trouve le poisson. Pour mettre les chances de notre bord, ça prend un sonar. Pour un bon rapport qualité-prix, on parle d’un coût de 300 $ à 600 $.»

Pourvoiries et Sépaq

Dans les Laurentides et dans Lanaudière, il y a toute une panoplie de pourvoiries. Personnellement, Éric Légaré aime bien se retrouver à la pourvoirie Coin Lavigne à Saint-Côme. Il a également fait une réservation à la Sépaq en Mauricie pour la mi-mai où en plus de taquiner la truite, il fera la chasse à l’orignal. Plus près de nous, la rivière du Nord à Saint-Jérôme réserve également de belles surprises.

«Je conseille d’aller en pourvoirie à ceux et celles qui ne sont pas habitués de pêcher. Ils ont plus de chances de ramener du poisson. À la Sépaq, les lacs sont plus grands et le challenge est amplifié.»

Parmi d’autres conseils, l’expert recommande aux pêcheurs de respecter les quotas. Dans les Sépaq, les quotas peuvent être de sept poissons par jour alors que dans certaines pourvoiries, les quotas peuvent varier de 5 à 10. «Il ne faut pas remettre les poissons à l’eau lorsqu’on les touche avec nos mains. Si on veut les remettre à l’eau parce que trop petits, il vaut mieux de tenter de retirer l’hameçon en laissant le poisson dans la puise. Le poisson a une couche visqueuse qui le protège contre l’air ambiant et cette couche est altérée au contact des mains du pêcheur.»

D’après Éric Légaré, le début de saison de pêche à la truite va être excellent, car l’hiver n’a pas été trop rigoureux. Les températures actuelles sont encore fraîches et les conditions seront idéales pour faire de la bonne pêche jusque tardivement en juin.

 

- PUBLICITÉ -

La dernière édition

- PUBLICITÉ -
Top