- PUBLICITÉ -
Mikaël Kingsbury brille… comme le cristal!

Tenant ses deux globes de cristal, Mikaël Kingsbury vit un rêve éveillé.

Mikaël Kingsbury brille… comme le cristal!

Fin de la saison de Coupe du monde de ski acrobatique

On peut dire sans se tromper que Mikaël Kingsbury a su cristalliser ses efforts à sa deuxième saison complète de Coupe du monde. Le skieur acrobatique a établi de nombreux records, mais surtout, il a remporté les deux globes de cristal.

«Après deux des trois courses, je savais que j’étais capable d’aller chercher le Globe. C’est un rêve après celui d’une médaille olympique. C’est le plus important prix à aller chercher dans ma discipline», souligne-t-il.

Avec un total de 1 180 points au classement cette saison, le Deux-Montagnais a littéralement triomphé sur le circuit de la Coupe du monde en obtenant le globe de cristal, devant l’Américain Jeremy Cota, qui a recueilli 715 points. «C’est le plus beau trophée que j’ai vu de ma vie. Je n’en reviens pas qu’il est à moi», confie-t-il.

Comme si cela n’était pas suffisant, Kingsbury a mis la main sur le globe de cristal du classement général en tant que meilleur athlète masculin au monde en ski acrobatique avec 90.77 points. Ce trophée est remis toutes catégories confondues. «Il n’est pas facile à avoir. C’est la cerise sur le sundae», convient-il.

Devenu favori sur le circuit à la suite de l’annonce de la demi-année sabbatique de son coéquipier Alexandre Bilodeau et du forfait du Français Guilbaut Colas, le jeune homme de 19 ans estime qu’il aurait connu le même genre de saison s’ils avaient été sur le circuit. «J’aurais eu plus de fil à retordre. Alexandre a été présent à cinq compétitions et il n’a jamais réussi à me battre. J’ai hâte qu’ils reviennent l’an prochain pour me mesurer à eux», mentionne-t-il.

Sa constance, sa capacité de concentration et son calme sont les principales qualités qui l’ont aidé à réaliser tous ses exploits. Car en plus des prestigieux trophées, il a fracassé nombre de records de la Fédération internationale de ski. Chez les hommes, il est le plus jeune skieur de bosses à remporter un globe de cristal; il compte le plus grand nombre de podiums en une même saison (13); il est le deuxième athlète masculin à être sur le podium à chacune des épreuves d’une même saison, le premier est le Russe Sergei Shupletsov et il date de 1995.

En plus, rappelons qu’il a égalé le record détenu par l’Américain Jeremy Bloom pour le plus grand nombre de victoires consécutives en Coupe du monde, soit six. «D’égaler ce record, c’était quasiment impossible à atteindre aux yeux de plusieurs. À mes yeux, ses records revêtent tous leur importance», soutient Kingsbury.

Nouveauté cette année, pour déterminer le grand gagnant d’une Coupe du monde, deux descentes étaient requises. «Compte tenu de la constance dont je savais pouvoir faire preuve, je savais que la super finale pouvait m’avantager, mais jamais comme ça. Je pense que c’est l’expérience et la maturité que j’ai acquises la saison dernière qui ont fait que je suis arrivé plus confiant et à l’aise cette année», ajoute-t-il. Il souligne le soutien de son entraîneur Rob Kober et de ses coéquipiers qui l’ont poussé à se surpasser en entraînement.

Toutes les caméras et les micros braqués sur lui, Mikaël Kingsbury ne s’est pas laissé intimider par les médias qui l’ont suivi toute la saison. Il a su garder les deux pieds sur terre. «J’aime le statut de favori. Ça fait partie de la game. […] C’est plaisant de rencontrer des gens qui ont vu des champions avant moi et qui sont impressionnés de ce que j’ai accompli. Ça donne le goût de continuer et de montrer ce que je suis capable de faire», affirme-t-il.

 

- PUBLICITÉ -

La dernière édition

- PUBLICITÉ -
Top