- PUBLICITÉ -
Maxime Renaud vit l’envers de la médaille

À écouter parler Maxime Renaud, il ne fait pas de doute que la Ligue junior majeur du Québec représente une excellente école de vie.

Maxime Renaud vit l’envers de la médaille

Au sein d’un club en reconstruction

Le Titan d’Acadie-Bathurst représentait une puissance l’an dernier dans la Ligue de hockey junior majeur du Québec. L’histoire est cependant bien différente pour cette concession des Maritimes cette saison.

Ayant perdu plusieurs vétérans de qualité dont l’explosif attaquant Mathieu Perreault, le Titan n’a eu d’autres choix que de recommencer un nouveau cycle en misant sur la jeunesse, particulièrement en attaque. À la ligne bleue par ailleurs, l’Eustachois Maxime Renaud constitue toujours un actif de premier plan pour cette formation. S’il avait pu largement profiter des succès de son équipe en 2007-2008, en terminant le calendrier régulier au deuxième rang de tout le circuit au niveau du différentiel des plus et des moins, Renaud montre à l’opposé un bilan déficitaire de -9 cette saison. C’est loin d’être catastrophique quand on pense qu’au classement général, le Titan ne peut faire mieux que le 12e échelon sur 18 clubs.
«Après l’excellente saison que l’équipe a connue l’an dernier, je ne me berçais pas d’illusions pour la présente saison. Les dirigeants ne nous ont pas caché qu’ils étaient en reconstruction. Alors que plusieurs observateurs nous prévoyaient le dernier rang au classement général, à cet égard, c’est positif de voir que nous faisons mentir plusieurs experts pour le moment», a commenté Maxime Renaud.

D’autre part, même s’il avoue que ce n’est pas toujours facile de rester aussi motivé quand la formation ne triomphe pas souvent, sur le plan personnel, son rendement est loin d’être méchant. Entre autres, au niveau des points obtenus, avec déjà deux buts et 16 passes à son actif pour 18 points en 43 matchs, il pourrait bien surpasser son total de 2007-2008, où il avait totalisé 26 points en 63 rencontres.

De la glace à profusion

Dans le but de se renforcer plus rapidement pour les années à venir, le Titan a liquidé quelques vétérans récemment dont deux défenseurs réguliers. Voyant passablement d’action comme c’est là, Renaud voit donc ses responsabilités encore accrues avec le départ notamment de Drew Paris. De la première unité maintenant en avantage comme en désavantage numérique, le hockeyeur de 6 pieds et 181 livres est donc utilisé plus souvent qu’à son tour.
«Avec 16 clubs sur 18 qui accéderont aux séries éliminatoires, nos chances sont donc excellentes. Comme joueur de 19 ans, je dois donc répondre à l’appel sur la glace et afficher du leadership à l’extérieur. C’est d’autant plus important que moi et d’autres le fassent cette année, puisque ce n’est pas toujours facile de garder un moral positif en perdant fréquemment.»

Se donner le plus d’options

Avant de penser à sa dernière année junior, pour le moment, Maxime Renaud se consacre à se donner le plus d’options possible que ce soit au niveau d’une future carrière comme policier ou encore, comme hockeyeur. Bref, il se donne à fond à tous les niveaux.

Semblant très solide entre les deux oreilles, tout porte à croire qu’il ne sera pas du genre à poursuivre ses rêves d’évoluer dans la Ligue nationale de hockey, s’il n’a pas la profonde conviction qu’il aura une véritable chance de pouvoir percer. Entre-temps, il savoure pleinement ses moments qu’il passe dans le circuit Courteau.

- PUBLICITÉ -

La dernière édition

- PUBLICITÉ -
Top