- PUBLICITÉ -
Maïko Zepeda lorgne vers les Carabins

Doté déjà d’une combativité qui le sert bien comme joueur défensif au football, avec les années, Maïko Zepeda est devenu un athlète plus complet en améliorant sa rapidité et sa mobilité.

Maïko Zepeda lorgne vers les Carabins

Élu sur l’équipe d’étoiles collégiale

Même si c’est la position de maraudeur qu’il préfère, en bon joueur d’équipe, Maïko Zepeda a accepté d’être muté au poste de secondeur durant la saison 2011. Malgré cette nouvelle assignation avec les Cheetahs de Vanier, il s’est tellement adapté avec brio qu’il a été élu sur l’équipe d’étoiles de la ligue.

Celui qui portait le numéro 10 à sa dernière année dans le circuit collégial AAA a été impliqué dans un nombre impressionnant de plaqués, soit 78 – dont 41 réalisés à lui seul. L’athlète au physique trapu de 5 pieds 9 pouces et 195 livres a revendiqué aussi 2 sacs du quart tout en provoquant 10 plaqués pour des pertes. En 10 parties, Zepeda a été l’auteur de 10 plaqués ou plus à 3 reprises dans une rencontre.

Bref, bien qu’il s’avère toujours un peu risqué de déplacer un joueur établi à une position à une autre, le moins que l’on puisse dire c’est que ce résident de Deux-Montagnes a relevé le défi avec distinction.

Cependant, malgré ses succès sur le plan personnel, il gardera encore pendant un bout de temps un goût amer de cette saison 2011, puisque son équipe n’a pas été en mesure de remporter les grands honneurs. Les Cheetahs ont perdu en demi-finale lors des séries éliminatoires face aux représentants des Spartiates du Vieux-Montréal, au terme d’un match chaudement disputé.

Un entraînement profitable

Pour expliquer son efficacité sur le terrain, l’athlète-étudiant en loisir et en sport précise que l’entraînement par intervalles, auquel il s’est soumis durant la saison morte, lui a permis d’être encore plus explosif et rapide sur ses jambes. Jouant au football depuis 7 ans et ayant connu les joies du Bol d’or avec les Centurions de la polyvalente Deux-Montagnes, Maïko Zepeda se décrit aussi comme un guerrier dans le feu de l’action.

Joint au téléphone, son ancien entraîneur-chef avec les Centurions, Éric Leblanc, a corroboré les dires de son ex-protégé. «Au football, en défensive, il y a deux types de demi de sûreté. L’un joue plus de finesse tandis que dans l’autre cas, le joueur favorise la rudesse dans le but d’imposer sa loi sur les attaquants adverses. En ce qui a trait à Maïko, son profil va de pair avec le style plus physique, toujours à la recherche du plaqué qui fera hésiter les rivaux à retourner dans sa direction, pour minimiser les impacts violents.»

Bref, fort de ses exploits accomplis durant le récent automne, c’est donc avec beaucoup d’enthousiasme que ce jeune homme de 19 ans entrevoit son avenir dans les rangs universitaires. Sans se fixer d’objectifs personnels en termes de statistiques pour son année recrue, il désire tout simplement obtenir le plus de temps de jeu possible. Soit dit en passant, à moins d’un revirement étonnant, il se joindra sous peu officiellement aux Carabins de l’Université de Montréal. Au sein de cette organisation, le jeune homme d’origine mexicaine estime que cette équipe sera en mesure d’aspirer aux grands honneurs, tout en lui permettant de continuer à se développer comme joueur de football.

 

 

- PUBLICITÉ -

La dernière édition

Section concours

Concours IGA Lamoureux
- PUBLICITÉ -
Top