- PUBLICITÉ -
Ligue de hockey du Vieux Poêle: Là où le plaisir de jouer règne

Quelques joueurs de la Ligue de hockey du Vieux Poêle

Ligue de hockey du Vieux Poêle: Là où le plaisir de jouer règne

Depuis près de 50 ans, la Ligue de hockey du Vieux Poêle de Saint-Eustache permet aux amateurs d’enfiler leur patin et de sauter sur la glace. Reconnue pour son bon calibre, la Ligue attire encore aujourd’hui bon nombre de joueurs de 35 ans et plus voulant évoluer dans l’ambiance joyeuse et sportive qui la caractérise.

Ce sont donc quatre équipes qui s’affrontent tous les vendredis soir où la bonne humeur et le plaisir de jouer règnent en maîtres. La moyenne d’âge de la Ligue qui compte 44 joueurs est de 50 ans, permettant ainsi aux véritables passionnés de hockey de continuer à jouer et de se dépasser dans un bel esprit de compétition. La moitié des joueurs provient de Saint-Eustache, les autres des environs jusqu’à Laval et même Saint‑Hubert.

La saison compte environ 26 parties et se termine par un tournoi. Il y a une dizaine d’années, la Ligue du Vieux Poêle a laissé tomber les titres de meilleurs compteurs et autres prix de ce type afin de ramener le jeu au désir de gagner les parties en équipe. «Au début de la Ligue, c’était plus « rough ». Ce qui amène les gars ici, c’est la compétition, mais les trophées, ça faisait de la chicane», explique un des responsables, Richard Brochu, qui y joue depuis 16 ans.

Tout est donc une question d’attitude, ce qui rend la compétition plus saine parce que les joueurs sont moins orientés vers leurs objectifs personnels. En plus de la passion de jouer au hockey, les membres apprécient également le contact social que procurent les matchs, et bien sûr, les après‑matchs.

Sur la glace, on peut voir plusieurs types de joueurs, de tous les âges et qui sont dans la Ligue depuis longtemps, comme Yvon De Lamirande, 66 ans, qui y joue depuis 21 ans ou Jean‑Marc Labrie, 65 ans, qui a le plus d’ancienneté avec 29 ans. «On adore jouer au hockey. Ça me tient en forme. J’ai arrêté de fumer juste pour ça!» s’exprime M. Labrie.

«Nos vieux, il faut les préserver. C’est agréable de voir les 40 à 60 ans jouer ensemble, c’est comme jouer avec ton père», ajoute l’autre responsable de la Ligue, Alain Del Vecchio, membre depuis 20 ans. Ces différences d’âge apportent un certain équilibre sur la glace, beaucoup d’humour dans les vestiaires et certainement une panoplie d’anecdotes.

Un des jeunes membres de la Ligue, Martin Leroux, 42 ans, est un très bon joueur qui, selon les organisateurs, a l’embarras du choix pour aller jouer n’importe où. «Ce que j’aime, c’est l’ambiance ici. Lorsque les ligues dérogent aux âges et font rentrer des plus jeunes, ça devient bagarreur. Je dois retourner travailler le lundi», explique‑t‑il.

Deux critères sont donc essentiels, «Savoir patiner et être sympathique», énonce M. Brochu qui insiste sur l’importance de l’attitude sur la glace et à l’extérieur.

À chaque début de saison, les équipes sont refaites évitant ainsi les animosités et les mauvais sentiments entre les membres. Il y a également un repêchage annuel afin de composer les joueurs remplaçants. Une cinquantaine de noms y sont d’ailleurs inscrits, ce qui ravit les responsables y voyant là un gage de qualité de la Ligue. «On a tous commencé comme remplaçant et il y a toujours de la place pour les intéressés», a terminé Alain Del Vecchio.

- PUBLICITÉ -

La dernière édition

- PUBLICITÉ -
Top