- PUBLICITÉ -
Les Patriotes ont bien des choses à se reprocher

(Photo Pierre Latour) - Comme joueur de 19 ans, Simon Dugas s’avère fort utile aux Patriotes. En plus d’être une menace constante en attaque, il peut s’affirmer à différentes positions en défense.

Les Patriotes ont bien des choses à se reprocher

Depuis le début de la saison

Les Patriotes de Saint-Eustache ont de nouveau excellé en tournoi récemment après celui de Longueuil. À l’œuvre à Sainte-Foy, ils ont réussi à atteindre la grande finale avant de s’avouer vaincu 4-1 face au Progym de Sherbrooke.

Pour l’affrontement décisif, le mentor du club eustachois, François Cardinal avait misé sur Bruno-Pierre Marcil comme lanceur partant. Invaincue en saison régulière en quatre décisions, cette talentueuse recrue a cependant trébuché dès le départ, allouant trois points aux Sherbrookois, à leur premier tour au bâton. «Dans le midget AA, même s’il permettait aux rivaux de placer des coureurs en position de marquer, la plupart du temps, Bruno-Pierre parvenait à s’en sortir. Par contre, dans la ligue, face à une équipe comme Sherbrooke qui compte six joueurs de 22 aguerris, ce n’est pas la même histoire», a résumé le président des Patriotes, Daniel Roby.

Celui-ci a cependant bon espoir que Marcil ait appris de cette expérience et que la prochaine fois, lors d’un match d’importance, il sera nettement mieux préparé dès le début des hostilités. À la décharge de Marcil, ses coéquipiers ne l’ont pas aidé, en manquant d’opportunisme, inscrivant un seul point sur six coups sûrs et abandonnant six coureurs sur les sentiers.

En parlant d’offensive, les Patriotes, après avoir fait des flammèches en attaque lors de leurs deux premiers duels à Sainte-Foy, en totalisant pas moins de 38 points marqués, par la suite, les bâtons se sont montrés nettement plus silencieux. Ils ont tout de même triomphé de leur bête noire, les Seigneurs de Repentigny, 2-1 en neuf manches de jeu, grâce surtout à un Nicolas Grenier étincelant en relève, pour ensuite, disposer des Monarques de Lévis 3-0 en demi-finale. L’artilleur droitier, Pierre-Luc Bédard a mérité la victoire, après n’avoir concédé qu’un coup sûr et un but sur balles en cinq manches de travail. Pour sa part, le joueur de premier but, Alexandre Tardif, a produit tous les points de sa formation à l’aide de deux simples.

Les succès se poursuivent en saison régulière

Les porte-couleurs eustachois ne font pas que faire belle figure dans les tournois. En ajoutant trois autres triomphes dont celui de mercredi dernier contre les A’s de Ville-Marie alors que Carl Pilon s’est avéré à son meilleur sur la butte, ils se pavanent avec une fiche reluisante de 14 gains contre seulement 3 échecs. Outre le brio sur le plan collectif, s’ajoutent les lettres de noblesse sur le plan individuel. Au dernier relevé des meilleurs frappeurs du circuit, les Simon Dugas, ,412, Alexandre Tardif, ,404 et Anthony Mignacca, ,373, occupaient respectivement le deuxième, troisième et cinquième échelon. Dugas dominait aussi tous les joueurs de la ligue en ce qui concerne le pourcentage de présence sur les sentiers, à ,552. «Avec la qualité de mes coéquipiers qui m’entourent, je n’ai pas de pression supplémentaire au bâton. Comme deuxième frappeur, une position que j’adore, je m’applique à être sélectif et à rester bien concentré. Je me donne simplement comme but d’atteindre les sentiers peu importe la façon», souligne Simon Dugas.

- PUBLICITÉ -

La dernière édition

Section concours

- PUBLICITÉ -
Top