- PUBLICITÉ -
Les Monarques bloquent le chemin aux Patriotes

(Photo Pierre Latour) - Le but de la victoire de Jean-Sébastien Pilon a sonné le glas pour les Patriotes.

Les Monarques bloquent le chemin aux Patriotes

Éliminés samedi à Saint-Gabriel

Tous s’accordaient à dire que l’ultime match Monarques Patriotes serait crucial; il le fût, mais pas comme prévu. En effet, les Patriotes se sont présentés, dimanche, devant des Monarques de Mirabel déjà éliminés alors qu’eux devaient absolument remporter la victoire tout en conservant le point Franc Jeu ou encore gagner avec un différentiel de six buts. Cela a donné le ton à un drôle de match, mais pas à un match nécessairement drôle.

À Saint-Gabriel, samedi, les Monarques ont effectué deux remontées avant de s’incliner 8-7 en fusillade. Menés 0-2 en première période, les hommes de Jean Charest sont revenus une première fois pour conclure l’engagement à égalité 3-3. Les Archers ont ensuite marqué trois buts sans réplique en deuxième période avant que les Monarques n’amorcent une deuxième remontée de quatre buts pour prendre les devants 7-6. «Il ne restait que 23 secondes à faire dans le match, lorsqu’un juge de lignes a raté un hors-jeu à ce point flagrant que tous les joueurs sur la glace ont cessé de jouer, sauf celui qui avait la rondelle et il en a profité pour compter le but égalisateur», fulminait encore Charest, trois jours après l’incident. Les Archers ont ensuite compté en fusillade pour remporter le match et ainsi éliminer les Monarques d’une potentielle participation aux demi-finales.

Le dos au mur

Tel qu’expliqué plus haut, c’est le dos au mur que les Patriotes se sont présentés à Val-d’Espoir devant des adversaires libres de toute pression, sauf celle de battre l’équipe qui leur avait damé le pion toute la saison. C’est avec agressivité que les Monarques ont entrepris le match distribuant coups de bâton et doubles échecs à des adversaires qui ne pouvaient se payer le luxe de répliquer. Les pénalités infligées aux Monarques ont toutefois permis aux Patriotes de prendre une avance de 5-1 dans les trente premières minutes de jeu.
«J’ai simplement demandé aux gars de jouer comme ils l’avaient fait contre toutes les autres équipes durant la saison et leur ai dit que je voulais la victoire contre la seule équipe que nous n’avions pas réussi à battre jusqu’ici. Il n’a jamais été question de jouer pour faire perdre le point Franc Jeu à Saint-Eustache», a précisé Jean Charest. Décontenancés par l’allure du match, les Eustachois ont tout fait pour éviter les punitions et commencé à ne jouer que pour protéger leur avance. Mais l’attaque explosive des Mirabellois a eu tôt fait de prendre avantage du jeu hésitant des visiteurs, et c’est avec une réplique de cinq buts sans riposte à compter de la 15e minute de la deuxième période que les Monarques ont pris les devants 6-5. Un but en avantage numérique est venu redonner espoir aux hommes de Daniel Héroux avant que Jean-Sébastien Pilon avec un peu plus d’une minute à faire dans le match ne vienne clore le débat et éliminer à leur tour les Patriotes.
«Ils nous ont brassés et nous nous sommes vidés à vouloir éviter les punitions. Nous avons ensuite commencé à prendre de mauvaises décisions défensives et ils en ont profité. J’ai félicité mes joueurs pour avoir su garder leur contrôle alors qu’ils étaient victimes de toutes sortes de «cheap shots». Ça va me prendre du temps à la digérer celle-là», a conclu un Daniel Héroux, il va sans dire, très déçu de la défaite et de la tournure des évènements.

- PUBLICITÉ -

La dernière édition

- PUBLICITÉ -
Top