- PUBLICITÉ -
Le roi des bosses est couronné à Pyeongchang

Le Roi Des Bosses Est Couronné à Pyeongchang

Le Roi Des Bosses Est Couronné à Pyeongchang
Le Roi Des Bosses Est Couronné à Pyeongchang

Le roi des bosses est couronné à Pyeongchang

Mikaël l’a sa médaille d’or

Mikaël Kingsbury a confirmé sa suprématie, lundi matin, lorsqu’il a remporté la finale des bosses aux Jeux olympiques de Pyeongchang. Le skieur acrobatique de Deux-Montagnes a ainsi mis la main sur sa première médaille d’or olympique, la seule distinction qui manquait à son palmarès déjà bien garni.

Vainqueur de six Globes de cristal et de 70 médailles en Coupes du monde depuis sa saison recrue en 2010, Mikaël, alors âgé de 21 ans, avait dû se contenter de la médaille d’argent en 2010 à Sotchi, étant devancé par son compatriote et ami Alexandre Bilodeau. Quatre ans plus tard, il réalise enfin son rêve d’accéder à la première marche du podium.

«Depuis les Jeux de Salt Lake City que j’en rêve. J’avais 8 ans et je me souviens m’être alors dit que j’allais un jour remporter la médaille d’or olympique» , raconte Mikaël qui, à cette époque, avait fait un dessin représentant les anneaux olympiques qu’il avait accroché au mur de sa chambre pour être certain que de se visualiser avec l’or au cou l’aiderait dans sa quête.

«Si vous saviez le nombre de fois que j’ai gagné les Olympiques dans ma tête! J’ai entendu “Champion olympique” un million de fois dans mes rêves. Maintenant, c’est bien réel.»

Deuxième sur six skieurs avant de se présenter au haut de la piste pour la super-finale, Mikaël a exécuté une descente quasi parfaite pour mériter une note de 86.63, 4 points de plus que son plus proche rival, l’Australien Matt Graham.

On célèbre au Sommet Saint-Sauveur

Sur le coup de 5 h 30, lundi, familles et amis de Mikaël étaient réunis au T-Bar 70 du Sommet Saint-Sauveur, «la montagne sur laquelle nous avons passé notre enfance, une des plus belles au monde pour les skieurs de bosses» , a indiqué Maxime Kingsbury, le frère du médaillé, pour expliquer qu’il ait choisi cet endroit pour assister aux prouesses de son frangin.

«Je suis probablement plus nerveux que lui présentement. Il en reste une. Il est super bien positionné, c’est parfait! Tout va bien aller» , a lancé Maxime, quelques minutes seulement avant que son frère ne s’élance du haut de la montagne pour exécuter sa dernière descente.

Et il avait vu juste, au grand plaisir de la centaine de personnes présentes à Saint-Sauveur. Celles-ci n’ont d’ailleurs pas manqué de manifester leur joie une fois la victoire de Mikaël confirmée.

Il s’agissait pour le Canada d’une 4e médaille d’or olympique consécutive en ski de bosses.

 

Array
- PUBLICITÉ -

La dernière édition

- PUBLICITÉ -
Top