- PUBLICITÉ -
La tempête de sable a encore une fois déferlé

(Photo Michel Chartrand) - Le moins que l’on puisse dire c’est qu’à ses six derniers combats, Walid Smichet n’a pas choisi ses adversaires. Se frottant à des boxeurs qui avaient une fiche cumulative de 73 victoires et 8 défaites notamment, il a quand même trouvé le moyen de signer trois triomphes et a perdu un duel très controversé face à John Duddy.

La tempête de sable a encore une fois déferlé

Face à Joshua Snyder

En défaisant deux boxeurs invaincus de qualité, Joshua Snyder avait fini l’année 2008 sur les chapeaux de roues. À son premier combat en 2009, on ne peut pas dire cependant que les choses ont aussi bien roulé pour lui face à Walid La tempête de sable Smichet. Au cours de ce duel qui a eu lieu samedi dernier au Cabaret du Casino de Montréal, Smichet a expédié à pas moins de quatre reprises Snyder au sol, à la suite de solides coups.

«Après sa première chute au premier round, je pensais bien pouvoir l’achever. Il a cependant résisté et a même réussi à prendre de la vigueur au fur et à mesure que le combat a progressé. Je lui lève mon chapeau pour son courage», a commenté le pugiliste eustachois.

Durant ces hostilités qui ont perduré pendant huit rounds, Snyder a même disputé son meilleur round au septième, ayant nettement l’avantage dans les attaques. Entre autres, durant une séquence qui a paru une éternité dans les câbles, les deux belligérants s’en sont donné à cœur joie et Smichet a dû solliciter ses talents d’encaisseur. «Après avoir provoqué trois chutes à mon rival lors des deux premiers rounds, dans la deuxième portion du combat, je me suis ménagé un peu. Je voulais me garder suffisamment d’énergie dans l’espoir de l’emporter par K.-O. avant la fin», a précisé le Tunisien d’origine.

Après avoir été martelé par un Don Mouton beaucoup plus fort physiquement en novembre dernier, Smichet aura prouvé une fois de plus que contre un gars dont la musculature s’apparente à lui, ses vis-à-vis ont intérêt à avoir une bonne mâchoire et être prêts à essuyer plusieurs coups.

Il ne déroge pas de son style d’un iota

Encore une fois, durant cet affrontement, on a réalisé pourquoi les amateurs de boxe québécois apprécient autant Walid Smichet dans le ring. Peu importe la qualité du boxeur qu’il a en face de lui, il est là pour boxer. Pourchassant constamment ses adversaires, il recherche continuellement la bagarre quitte, plus souvent qu’autrement, à se montrer vulnérable pour recevoir des coups. Qu’il soit en avance ou non dans un combat, il n’est pas du genre à se replier en défensive et s’avérer un spécialiste dans l’art d’éviter les contacts.

Ainsi, la plupart du temps qu’il fait partie d’une carte de boxe, on peut être quasi assuré que le combat qu’il livrera sera intense et spectaculaire comme il a été samedi dernier.

Avec cette victoire, sa 20e (20-5-3), Smichet entreprend donc l’année 2009 sur une excellente note.

Il se réjouit aussi de voir que sa condition physique est excellente, lui qui depuis quelques semaines, trime dur en compagnie d’André Kulesza, préparateur physique de haute réputation. «À la suite de ce combat contre Snyder âprement disputé, je n’étais pas exténué. C’est donc bon signe et j’ai l’intention de continuer de travailler fort avec mes entraîneurs, en attendant mon prochain combat», d’ajouter Smichet.
À ce sujet, avec deux galas à venir pour le Groupe Gym en avril, tout indique qu’il pourrait voir de l’action dans le second programme, prévu pour le 18 avril. Une rumeur laisse entendre qu’il pourrait alors affronter Martin Berthiaume dans un match revanche, Berthiaume ayant perdu à ses dépens en août dernier, au terme d’un duel endiablé.

- PUBLICITÉ -

La dernière édition

- PUBLICITÉ -
Top