- PUBLICITÉ -
Jeux olympiques: Hugues Legault (natation) se souvient...

Hugues Legault

Jeux olympiques: Hugues Legault (natation) se souvient…

Hugues Legault, 40 ans, Jeux olympiques d’été de 1996 à Atlanta, aux États‑Unis (22 ans), en natation. Résultat: 39e au 50 m libre en 23:63, le 25 juillet 1996.

1) Rappelez-nous d’abord dans quelles circonstances vous avez été appelé à participer aux JO, la date de votre participation, le lieu, la discipline, les résultats obtenus et votre âge à cette époque.

Je me suis qualifié pour les Jeux olympiques lors des essais olympiques à Montréal, le 3 avril 1996. Après la ronde préliminaire, j’étais quatrième pour finalement remporter la finale du 50 m libre en 23:26 secondes. Lors de cette finale, il y a eu un faux départ, ce qui m’a aidé en quelque sorte, car au moment du faux départ, je n’étais pas tout à fait prêt. Lors du deuxième départ, ma concentration était au maximum, ce qui m’a permis d’avoir un départ très rapide, ce qui a joué sur mon temps final et m’a permis de me qualifier au sein de l’équipe olympique. De plus, la veille de ma course, j’avais eu un examen important en aérodynamique à l’École polytechnique de Montréal.

2) Quel est votre plus beau souvenir personnel de cette participation à ces JO? Et le moins bon souvenir? Et pourquoi?

Mon plus beau souvenir: les cérémonies d’ouverture et de fermeture. La cérémonie d’ouverture avec tous ces athlètes, ces spectateurs pour nous accueillir, le nom du Canada sur le panneau indicateur, c’était presque irréel de me savoir là à ce moment. Pour ce qui est de la cérémonie de fermeture, ce fut des moments d’émotion puisque ceci mettait fin à une expérience absolument extraordinaire et inoubliable.

3) Qu’est-ce qui vous a le plus impressionné lors de ces JO de façon générale et de façon personnelle?

De façon générale: l’ampleur de l’événement, l’organisation, la prise en charge des athlètes. Le fait que notre seule préoccupation était de bien nous entraîner et de performer. En effet, tout le reste était pensé et planifié pour nous.

4) Quels conseils donneriez-vous à un athlète comme Mikaël Kingsbury (épreuve des bosses) qui en sera à une première participation aux JO? Et à des athlètes comme Alexandre Bilodeau (épreuve des bosses) et Charline Labonté (hockey féminin) qui y retournent à nouveau, et peut-être pour une dernière fois?

Prendre le temps d’apprécier le moment présent, tant qu’avant, pendant et après les compétitions. En effet, ces deux petites semaines passent très vite et elles ne reviennent que très rarement.

5) Comptez-vous regarder les JO d’hiver et quelle discipline allez-vous suivre de façon plus particulière?

Oui, même si les sports qui m’attirent le plus sont ceux d’été, il est toujours intéressant de regarder les performances des athlètes des différents sports, et plus particulièrement le bobsleigh, le biathlon, le ski de fond et le patinage de vitesse.

6) Qu’est-ce que les JO vous ont apporté? Est-ce que l’on vous en parle encore aujourd’hui? Est-ce que cela a changé votre vie?

Les JO m’ont apporté une expérience extraordinaire de compétition, mais c’est plus le chemin pour m’y rendre qui a été important et qui a forgé ma personnalité, soit les sacrifices, la discipline, les méthodes de travail requises, tant au niveau des sports que dans la vie de tous les jours. C’est donc cette rigueur au travail qui me suit et me sert au quotidien et que je tente de transmettre à mes enfants.

7) Enfin, que faites-vous comme travail aujourd’hui? Où résidez-vous? Êtes-vous marié? Avez-vous des enfants? Pratiquez-vous toujours une discipline sportive?

Je réside toujours à Saint-Eustache, je travaille chez Bombardier Aéronautique en tant qu’ingénieur. Je suis marié avec Marie Christine Hébert qui a fait l’équipe nationale de water-polo, ainsi que les Championnats du monde en 1997 à Perth, en Australie. Nous avons deux merveilleux enfants qui aiment bien les sports. Notre plus vieux Justin, 8 ans, fait de la natation avec le Club aquatique Saint-Eustache (CASE) et il veut nager plus vite que son père, un jour. Il pratique également l’escalade, le tennis et le golf. Pour ce qui est de la deuxième, Jordane, 7 ans, elle pratique le plongeon de compétition au niveau espoir dans le Club l’Envol, ainsi que la gymnastique au niveau compétitif avec Excel Gym.

Notre sport, comme parents de deux athlètes, est maintenant de faire le taxi entre les différentes activités et compétitions des enfants et de s’assurer que les devoirs et les leçons sont effectués adéquatement. Durant l’été, nous «pataugeons» maintenant avec les enfants et pratiquons un peu de ski nautique lorsque les conditions nous le permettent.

- PUBLICITÉ -

La dernière édition

- PUBLICITÉ -
Top