- PUBLICITÉ -
Jean-Lou Gosselin et le ballon rond

Photo Yves Déry - Jean-Lou Gosselin continue d’allier études, sport et entraînement.

Jean-Lou Gosselin et le ballon rond

D’une ligue locale à la ligue semi-professionnelle

À 24 ans, Jean-Lou Gosselin ne s’est jamais tari de son sport fétiche: le soccer. Joueur de soccer depuis près de 20 ans, le Deux-Montagnais pratique son sport au sein de l’AS Blainville, une équipe évoluant dans la toute nouvelle Première ligue, une ligue semi-professionnelle.

Même s’il s’est quelque peu amusé à jouer au basketball et au cross-country, Jean-Lou Gosselin a toujours préféré le soccer. Depuis l’âge de 5 ans, son amour pour ce sport ne s’est jamais démenti. Après avoir évolué au sein des équipes locales et intercité de Deux-Montagnes, il s’est joint à l’équipe des Laurentides à l’adolescence. Jusqu’alors, il partageait son temps sur le terrain entre l’attaque et les buts. Mais à 13 ans, il participe aux Jeux du Québec et termine avec son équipe au quatrième rang. Le meilleur résultat jamais obtenu à ce jour par l’équipe masculine des Laurentides.

Il est ensuite sélectionné sur l’Équipe du Québec, ce qui lui permet de participer à deux reprises aux Championnats canadiens des sélections, en plus de remporter l’argent et l’or.

En 2003, les équipes AAA des Laurentides et de Lanaudière fusionnent. C’est au sein de cette équipe qu’il terminera son cheminement junior. Deux ans plus tard, il participera aux Jeux du Canada avec l’Équipe du Québec et remportera le bronze.

Pour certains, la fin du niveau junior signifie la croisée des chemins. Pour Jean-Lou Gosselin, il n’est nullement question d’arrêter de jouer au soccer. «Je songeais à jouer du soccer universitaire. J’ai toujours mis l’accent sur mes études», mentionne-t-il.

Il préfèrera d’ailleurs une équipe universitaire à l’Impact ou son équipe réserve, l’Attak de Trois-Rivières. Il refuse de mettre de côté ses études pour faire partie d’une de ces équipes.

Aucune formation senior n’existe dans la région de Laval-Laurentides-Lanaudière à cette époque. Il se joint donc au Panellinios, une équipe montréalaise senior AAA, pendant deux ans, avec laquelle il participera aux Championnats canadiens des clubs.

À la même période, il devient entraîneur des gardiens de but pour les équipes de jeunes âgés de 7 à 14 ans de Blainville. Une deuxième passion, celle du transfert du savoir, vient de naître.

Plusieurs autres joueurs de son niveau font partie de l’organisation et une équipe AA est créée pour les réunir. L’AS Blainville gagne le championnat et devient une équipe senior AAA l’année suivante, pour finalement devenir une équipe semi-professionnelle cette saison-ci. «Je m’entraîne entre 8 et 12 heures chaque semaine selon les parties à l’horaire», fait savoir Jean-Lou Gosselin.

Par ailleurs, l’AS Blainville a remporté le premier match de l’histoire de la Première ligue de soccer du Québec par la marque de 3 à 1 contre le FC L’Assomption, le 15 avril dernier.

«Si on avait à être joueur professionnel, on le serait déjà. À 24 ans, c’est triste à dire, mais les espoirs sont éteints. Je veux simplement continuer de jouer à Blainville et suivre l’équipe si elle accède à des niveaux supérieurs», soutient celui qui entamera sa maîtrise en génie physique à l’automne prochain.

«Des niveaux supérieurs» pourraient vouloir dire une fusion entre la Première ligue et la Canadian Soccer League de l’Ontario et, d’ici 3 à 5 ans, que ces équipes participent aux Championnats canadiens actuellement disputés par les quatre équipes professionnelles, dont l’Impact de Montréal.

 

- PUBLICITÉ -

La dernière édition

- PUBLICITÉ -
Top