- PUBLICITÉ -
Jean-François Charlebois rêve aux Jeux olympiques

L’année 2009 aura permis de découvrir un autre sportif eustachois émérite et très talentueux en Jean-François Charlebois, un athlète qui se signale en BMX.

Jean-François Charlebois rêve aux Jeux olympiques

Mordu de BMX

Pour les adultes et enfants qui ont déjà assisté aux compétitions de super motocross au Stade olympique, les épreuves de BMX ressemblent étrangement à cela, sauf qu’au lieu que les engins se déplacent à l’aide d’un moteur et de l’essence, dans le BMX, ce sont les cyclistes qui, grâce à leurs mouvements de jambes sur les pédales, font avancer leur vélo.

Bien que la vitesse est évidemment moindre pour un vélo que pour une moto, il est étonnant à quel point les participants d’une épreuve de BMX peuvent se propulser haut dans les airs sur leur vélo. Il faut dire que les parcours sont conçus avec des pentes très prononcées.

Adepte du BMX, Jean-François Charlebois est tombé en amour avec ce sport depuis trois ans. Âgé de 17 ans, l’an dernier, à sa première année chez les juniors, il a connu beaucoup de succès. Il a d’ailleurs fait partie de l’équipe B de relève du Québec, ce qui lui permet de prendre part à différents camps de perfectionnement en compagnie des meilleurs athlètes juniors et seniors. Durant la saison 2009, dans sa catégorie, il a terminé en deuxième place au cumulatif pour l’ensemble des épreuves. Puis, lors du Championnat provincial, il a obtenu une cinquième position. Au cours des derniers mois, il a aussi participé à son premier Championnat canadien, y allant plutôt pour l’expérience que dans une optique de performance.

Adepte de sensations fortes

Outre le BMX, cet Eustachois s’adonne à la planche à neige durant l’hiver. Bref, il dit raffoler des disciplines qui procurent beaucoup de sensations fortes et d’adrénaline. Entre autres, dans une épreuve de BMX qui dure au maximum 45 secondes, c’est la vitesse à laquelle on négocie le parcours qui fait foi de tout. Cependant, pour réussir les différentes manœuvres avec brio, dont les sauts, cela requiert beaucoup d’agilité, de puissance et de concentration.

Selon son entraîneur Charles Mathys, Jean-François s’avère l’un de ses athlètes les plus talentueux. «Outre son talent, sa passion est contagieuse au sein du club. En plus de servir d’inspiration pour les plus jeunes, il ne se fait pas prier pour les aider et promouvoir le sport du BMX.»

Par ailleurs, disant avoir un intérêt particulier pour les sports dits plus extrêmes qui se pratiquent à l’extérieur, Jean-François Charlebois s’est déjà fixé un objectif clair pour l’an prochain. En plus de continuer à briller au niveau provincial chez les juniors, il aspire aussi à se tailler une place en finale lors du Championnat canadien. Pour ce qui est de ses rêves à plus long terme, une participation aux Jeux olympiques représenterait l’apothéose à ses yeux. Soit dit en passant, aux récents Jeux olympiques de Beijing, pour la première fois, les compétitions de BMX ont été présentées comme sport de démonstration. Il reste à voir si cette discipline a suffisamment d’appui pour faire maintenant son entrée parmi les disciplines officielles.

D’autre part, comme tout bon sport qui exige un équipement de pointe pour performer au maximum, le jeune Charlebois a dû cogner à des portes dans l’espoir de pouvoir compter sur un support approprié. Actuellement, Bernard Larose lui accorde, entre autres, un soutien fort apprécié qui le motive à toujours viser plus haut.

- PUBLICITÉ -

La dernière édition

- PUBLICITÉ -
Top