- PUBLICITÉ -
Impressionnante participation de 480 compétiteurs

Photo Yves Déry - C’est à son rôle d’entraîneur auprès de judokas de la catégorie des 13 ans et moins que Patrick Cantin, membre de l’équipe du Québec chez les moins de 20 ans, s’affairait lors du Tournoi Espoir. Le plus drôle, c’est que des spectateurs se sont pointés sur les lieux en espérant le voir compétitionner.

Impressionnante participation de 480 compétiteurs

Le 9e Tournoi Espoir du club Judosphère

Il y avait foule lors de la 9e édition du Tournoi Espoir qui s’est déroulé dans les gymnases du bloc sportif de la polyvalente Deux-Montagnes, les 3 et 4 novembre derniers. Ce sont au total 480 judokas qui y ont participé.

Cet impressionnant contingent provenant des quatre coins de la province représente une trentaine d’athlètes de plus que ce que les organisateurs du club Judosphère de Deux-Montagnes avaient anticipé.

Il faut aussi ajouter tous les jeunes des catégories des moins de 11 ans jusqu’aux seniors qui portaient le judogi, les officiels, les bénévoles et les spectateurs qui étaient en mesure d’assister aux combats tout à fait gratuitement.

Évidemment, il était nécessaire de mettre en place une logistique très serrée pour prendre soin de tout ce beau monde. «Nous sommes évidemment très contents que cette compétition attire autant de gens», a affirmé d’entrée de jeu la responsable numéro un du Tournoi Espoir, Johanne Hébert. «Ça ne peut être que bénéfique pour notre sport et pour les jeunes, car il ne faut surtout pas oublier que c’est pour eux que la vingtaine de personnes de Judosphère et de quelques autres organisations nous offrant leur coup de main s’investissent. Je les remercie sincèrement», a-t-elle continué.

Mais on assiste là à un scénario classique dans la tenue d’événements sportifs. Bien souvent, des compétitions qui sont aussi populaires finissent par être victimes de leur succès. Tant sur le plan des installations que sur le plan des ressources humaines, c’est-à-dire les bénévoles. C’est à mots couverts que Johanne Hébert, qui faisait tout en son possible pour régler le déroulement du Tournoi Espoir au quart de tour, l’a signifié.

«Nous sommes encore à l’étape d’y réfléchir, rien n’est fait, mais peut-être devrons-nous songer à déplacer le tournoi dans un endroit plus vaste à compter de l’an prochain si le nombre de participants continue d’augmenter. Un aréna serait sans doute l’idéal», pensait tout haut une des fondatrices de Judosphère. Ce sera un dossier à suivre pour 2013.

Rôle complémentaire pour Patrick Cantin

C’est sur les abords des tatamis cette fois que le talentueux judoka membre de l’équipe d’élite du Québec depuis novembre dernier Patrick Cantin était à l’œuvre au cours de la dernière fin de semaine. Patrick était de fait l’entraîneur de quelques apprentis compétiteurs dans la catégorie des moins de 13 ans.

Ce n’est que très brièvement, entre deux combats, dimanche dernier, que l’auteur de ces lignes a pu s’entretenir avec le principal intéressé sur son rôle de guide. C’est d’ailleurs avec un «oui» sans détour que Patrick Cantin a mentionné aimer transmettre son savoir-faire à des plus jeunes et être à l’aise dans ces fonctions très complémentaires à sa vie d’athlète.

Le père de Patrick Cantin, Marc, a partagé l’importante tâche d’assurer le développement de son fils avec Ernst Laraque comme entraîneur. Marc Cantin estime d’ailleurs que le fait que Patrick puisse s’attarder à peaufiner les techniques de ses élèves permet au judoka élite de garder toujours fraîches en mémoire les erreurs à ne pas commettre. «Patrick a aussi été arbitre, ce qui ne peut pas nuire à sa compréhension globale de son sport», de dire Marc Cantin.

Les résultats officiels du Tournoi Espoir 2012 n’étaient pas encore publiés au moment d’écrire ces lignes. Ils seront disponibles sur le site de [www.judosphere.com] sous l’onglet <Résultats tournoi>.

 

 

 

 

 

- PUBLICITÉ -

La dernière édition

Section concours

La meilleur des aventures sucrées
- PUBLICITÉ -
Top