- PUBLICITÉ -
Ils ont vécu les JO: Des olympiens de la région se souviennent...

Hugues Legault est le premier athlète de la région à avoir participé aux JO. C’était à l’été 1996

Ils ont vécu les JO: Des olympiens de la région se souviennent…

Alors que les Jeux olympiques d’hiver de Sotchi viennent tout juste de débuter, d’anciens athlètes de la région, mais aussi une arbitre et une entraîneure, qui ont pris part à des compétitions olympiques, que ce soit en été ou en hiver, ont accepté bien aimablement de répondre à quelques questions que leur a soumises votre hebdo L’ÉVEIL afin, entre autres, de se rappeler les souvenirs qu’ils en gardent, ce qui les a impressionnés et ce que cette participation leur a apporté.

Les athlètes qui ont accepté de répondre à ces questions sont Hugues Legault (natation en 1996 à Atlanta, aux États-Unis) Karine Legault (natation en 2000 à Sydney, Australie), Jacinthe Taillon (nage synchronisée en 2000 à Sydney, en Australie), et Stéphane Locas (voile en 2008 à Beijing, en Chine). De plus, Stéphanie Normand (arbitre au hockey féminin en 2006 à Turin, en Italie) et Isabelle Taillon (entraîneure en chef en nage synchronisée en 2004 à Athènes, en Grèce) ont aussi répondu à ces mêmes questions.

Tous disent conserver, en général, un excellent souvenir de leur participation à ces Jeux olympiques et avoir été grandement impressionnés par le gigantisme de l’évènement. «Mon plus beau souvenir: les cérémonies d’ouverture et de fermeture. La cérémonie d’ouverture avec tous ces athlètes, ces spectateurs pour nous accueillir, le nom du Canada sur le panneau indicateur, c’était presque irréel de me savoir là à ce moment», raconte Hugues Legault, aujourd’hui âgé de 40 ans et qui avait 22 ans à l’époque.

«Ce qui est impressionnant, c’est la bulle dans laquelle on se retrouve. Tout le monde est heureux, joyeux, tout semble en harmonie pour un instant. Peu importe où ce lieu se retrouve, que ce soit Atlanta, Sydney ou, j’imagine, Sotchi, on a l’impression que, pour ce moment, on est nulle part… dans une oasis coupée du monde pour deux semaines», se souvient, pour sa part, Karine Legault, maintenant âgée de 35 ans. Jeune sœur de Hugues, Karine avait 21 ans lorsqu’elle a pris part aux Jeux olympiques.

Stéphane Locas, lui, estime que son passage à Beijing, en Chine, lui aura permis d’aller au bout de ses efforts. «Ce ne sont pas les JO qui ont changé ma vie, mais le processus pour m’y rendre. Je suis sorti gagnant de mon aventure», de dire l’ex‑voiliste, qui a 33 ans aujourd’hui, mais en avait 27 à l’époque.

Jacinthe Taillon, aujourd’hui âgée de 37 ans et journaliste pour Radio-Canada Sports, abonde dans le même sens. «Oui, les Jeux ont transformé ma vie. D’abord parce que le parcours qui m’y a menée m’a appris la persévérance, la détermination et la soif de victoire. Des valeurs qui me servent encore aujourd’hui dans mon métier de journaliste», de dire celle qui a remporté une médaille de bronze à l’âge de 23 ans.

Même si elle n’a pas pris part à une compétition en tant que telle, Stéphanie Normand, 39 ans, raconte qu’on lui parle encore de sa participation aux Jeux olympiques d’hiver de Turin à titre d’arbitre en chef au hockey féminin. «Cela me remémore d’excellents souvenirs lorsque j’en reparle. C’est pour ces raisons que je considère que cela a changé ma vie en ce sens que tout ce que j’ai appris peut être transposé intégralement dans ma vie de tous les jours. De plus, j’ai appris qu’en traitant les autres avec respect, on attire littéralement le respect», mentionne celle qui était alors âgée de 32 ans.

De son côté, Isabelle Taillon, alors âgée de 31 ans, était l’entraîneure en chef de l’équipe canadienne de nage synchronisée en 2004, à Athènes, recommanderait au Deux-Montagnais Mikaël Kingsbury «d’aborder sa compétition [en bosses] comme toute autre compétition où il a connu du succès». «Avec le recul et les années qui passent, j’apprécie que la vie m’offre d’autres défis professionnels et personnels. Toutefois, ma plus grande fierté réside en ma famille: mes deux garçons, Matis et Evans, et mon mari Frédéric», d’ajouter l’Eustachoise de 41 ans.

Précisons qu’il est possible de lire l’intégrale des réponses fournies par Hugues Legault, Karine Legault, Jacinthe Taillon, Stéphane Locas, Stéphanie Normand, Isabelle Taillon et Fanny Létourneau sur le site Web de votre hebdo L’ÉVEIL. Pour ce faire, il suffit de CLIQUER ICI.

Et bons Jeux olympiques!

- PUBLICITÉ -

La dernière édition

- PUBLICITÉ -
Top