- PUBLICITÉ -
Éric Gaudreault et les combats ultimes

Photo Michel Chartrand - Le photographe Éric Gaudreault adore immortaliser des moments de combats ultimes.

Éric Gaudreault et les combats ultimes

Photographe de sports de combat

Il n’y a pas d’âge pour éveiller une passion en soi. Et celle-ci peut surgir sans que l’on s’y attende tout en révélant un talent insoupçonné. C’est ce qui est arrivé au Marthelacquois Éric Gaudreault.

En 2001, il a commencé à s’intéresser aux sports de combat tandis que son ami et Eustachois Donald Ouimet – le premier Québécois à détenir un titre majeur en combats ultimes et champion canadien – évoluait dans ce milieu. Ayant plus facilement accès que d’autres à l’octogone grâce à cet ami, il s’adonne à la photographie… avec un appareil jetable.

Lorsque Ouimet se retire des combats, Éric Gaudreault a la piqûre et ne veut pas perdre le privilège d’être près du ring. C’est donc en 2006 qu’il commence réellement à photographier les athlètes de l’octogone. Il a su se faire connaître sans cellulaire à travers le pays, soutient l’homme de 43 ans.

Il a eu la chance de prendre le Québécois Georges St-Pierre en photo intimement, mais jamais en action. En 2008, notamment, il l’a photographié dans sa chambre, au Centre Bell. Ses photos ont été publiées dans certains magazines spécialisés et on les retrouve sur son site Internet [www.godro.biz].

«J’ai commencé par plaisir. Maintenant, c’est une passion qui m’anime», reconnaît-il. Une passion qui l’a mené à devenir animateur de capsules sur Internet.

Entrevues sur la Toile

Depuis quelques mois, il participe, avec le producteur et réalisateur Henri-Pierre Thibault, à la diffusion de capsules de trois à quatre minutes. Celles-ci exposent des athlètes de renom et de l’univers amateur. S’étant fait connaître avec son appareil photo, Éric Gaudreault a su gagner la confiance des plus grands des sports de combat lorsqu’est venu le temps de ses vidéos. Il les rencontre avant et après les combats, dans le lobby d’hôtel où ils logent. Il a donc réalisé des capsules avec John John, Tito Ortiz et Patrick Côté, notamment.

Plus d’une cinquantaine de capsules sont diffusées sur le site [www.godro.tv]. Chacune d’entre elles attire en moyenne 290 clics.

Diffusées à raison d’une par jour, ces capsules mettent de l’avant surtout le côté humain des combattants. «Nous avons commencé à suivre les combattants amateurs. C’est une catégorie du sport de combat peu et mal couverte par les médias traditionnels», remarque-t-il.

Natif de Rosemère, le photographe a exercé mille et un métiers: soudeur, barman, portier, installateur de gouttières, etc. Il est sûr aujourd’hui d’avoir trouvé sa voie. Il espère seulement un petit coup de pouce du destin (comme un commanditaire) pour que sa nouvelle carrière prenne réellement son envol.

 

- PUBLICITÉ -

La dernière édition

- PUBLICITÉ -
Top