- PUBLICITÉ -
Envolez-vous avec le Flyboard!

Alexandre Barreira

Envolez-vous avec le Flyboard!

Nouveau sport extrême pour tous

On pourrait se passer de mots tant les images parlent d’elles-mêmes (voir la vidéo). Est-ce un oiseau? Est-ce un avion? Non, c’est un Flyboard, le tout nouveau sport extrême que vous risquez de revoir (ou de découvrir) sur les lacs du Québec, dès cet été, et qui vous permettra de voler au‑dessus de l’eau, d’y plonger et de réaliser les acrobaties les plus extravagantes.

Et pour en discuter, voire le décrire, l’un des distributeurs exclusifs pour l’Est du Canada, du Québec, des Maritimes et de l’Ontario, Alexandre Barreira, dont les installations se trouvent à Mirabel. «Il s’agit d’une fixation de wakeboard attachée à 60 pieds de câble, lequel est branché à la turbine d’une motomarine. Au moyen d’une manette, vous êtes propulsé dans les airs», explique Alexandre Barreira.

Signe d’un véritable engouement pour ce type de loisir, le kiosque dans lequel était exposé le Flyboard, au Salon du bateau et des sports nautiques, a été carrément pris d’assaut par les visiteurs, les 8 et 9 février derniers. Si plusieurs visites ont été conclues par des ventes de Flyboard, on croit qu’elles sont annonciatrices d’une tendance nouvelle qui se dessine dans les loisirs nautiques. Il s’agit là d’une excellente nouvelle pour les deux distributeurs associés qui ont démarré cette entreprise en 2011.

Création d’outre‑mer

Le Flyboard a été inventé par le champion en course de Jet ski, le Français Franky Zapata, qui l’a ensuite commercialisé à la suite de l’accueil très positif reçu de la part de sportifs. Aujourd’hui, ils sont quelque 55 000 adeptes dans le monde.

«Nous avons découvert le produit en 2011. On voulait l’acheter, mais il n’y avait pas de distributeur. On s’est lancés dans les plans d’affaires, études de marché, et on s’est rendu compte qu’il y avait là beaucoup de potentiel», raconte Alexandre Barreira.

Si la vente va bon train, le créneau demeure la location de groupes. «On propose des forfaits de 15 minutes, incluant une formation de 15 minutes», poursuit‑il.

Offert aux 12 ans et plus, et ce, tant aux hommes qu’aux femmes dont le poids maximal autorisé est de 350 livres, le Flyboard peut se comparer au ski, avec en prime la sensation (délicieuse) de voler.

Pour le débutant, il est conseillé que ce soit l’instructeur qui contrôle à la fois la motomarine et la manette, puisque la puissance du jet peut propulser l’utilisateur jusqu’à 45 pieds dans les airs. À ce chapitre, notons que ce sont uniquement des professionnels qui se projettent aussi haut.

«Quand on fait la location, on s’assure que le plan d’eau soit sécuritaire. On le sonde avec un sonar, puisqu’il faut un minimum de 15 pieds pour pratiquer ce sport extrême», explique M. Barreira.

Il n’y a pas de condition physique requise pour pratiquer le Flyboard, mais indépendamment de cette dernière, le niveau de fatigue peut être ressenti à différents échelons. «J’ai eu un monsieur de 67 ans qui en a fait et il n’était pas fatigué plus qu’il ne le fallait. Ça dépend de chaque personne», soutient le Mirabellois.

Pour de plus amples informations: [www.lyboardquebec.com].

 

 

- PUBLICITÉ -

La dernière édition

- PUBLICITÉ -
Top