- PUBLICITÉ -
De Deux-Montagnes à Sotchi avec Mikaël Kingsbury

Mikaël va tenter de nouveau de gagner l'or à Ruka en Finlande.

De Deux-Montagnes à Sotchi avec Mikaël Kingsbury

Je suis bien content de ma première collaboration avec le journal L’ÉVEIL, la semaine dernière. J’ai eu beaucoup de réactions de mes amis et de mes supporteurs sur Facebook. C’est le fun de voir qu’il y a plusieurs personnes de Saint-Eustache, de Deux-Montagnes et de la région des Laurentides qui me suivent et qui lisent sur moi. Merci, c’est très encourageant!

Je suis content de mon entraînement au cours de la dernière semaine. Je suis confiant pour la première compétition de la saison en Coupe du monde, ce samedi (aujourd’hui) à Ruka, en Finlande. Mon entraîneur a filmé toutes les actions de mes coéquipiers et de skieurs d’autres pays. Ils jugent nos descentes et mes résultats ont été excellents. J’ai eu de bons pointages. Je me sens prêt.

Nous avons eu deux journées de congé, soit mardi et mercredi, pour que les organisateurs préparent la piste et les installations pour la Coupe du monde de samedi. Pendant les deux jours, je me suis reposé pour être sûr d’être en forme pour la compétition. J’ai eu un bon massage du massothérapeute de notre équipe. Entre coéquipiers, on joue des matchs de soccer pour nous garder en mouvement. Il ne faut surtout pas être écrasé dans notre lit ou dans le sofa toute la journée. Nous mettons deux bouteilles debout au sol. On s’échange le ballon et notre but, c’est de faire tomber les bouteilles avec le ballon. C’est vraiment juste pour nous faire bouger.

Lors des deux journées précédant la compétition, notre routine est de faire environ six descentes par jour pour pratiquer la qualité de nos mouvements. C’est plus pour prendre des notes et apporter les derniers correctifs. Il faut se garder les jambes fraîches. Les premières descentes sont faites en douceur et je donne le maximum pour les dernières. Je m’assure que mes sauts sont bons.

Il faut aussi vérifier si les conditions de la piste ont changé dépendamment de la température. Notre sport se fait à l’extérieur. Le froid ou la chaleur influence la neige. Il faut être prêt à tout. Avant la première descente de compétition, on a droit à deux ou trois autres descentes de pratique.

Comme j’ai gagné la médaille d’or à Ruka au cours des deux dernières années, c’est sûr que je vise la première place à nouveau cette année. Je veux surtout bien skier et commencer la saison sur une note positive. Je ne veux pas me concentrer sur le résultat, mais plus sur la manière dont je skie. Je sais que si je skie bien, je suis capable de gagner sur cette piste. Je suis confiant, car c’est une piste où j’ai toujours bien performé.

Collaboration spéciale de Mikaël Kingsbury

Propos recueillis par Martin Leclerc

 

- PUBLICITÉ -

La dernière édition

- PUBLICITÉ -
Top