- PUBLICITÉ -
Dans le peewee, un club beaucoup plus fragile que l’autre

(Photo Pierre Latour) - C’est à la patinoire Danièle-Sauvageau de Deux-Montagnes que les deux clubs des Seigneurs des Mille-Îles se sont affrontés le 20 décembre dernier.

Dans le peewee, un club beaucoup plus fragile que l’autre

Les Seigneurs des Mille-Îles

Dans le but d’équilibrer du mieux possible les deux équipes de hockey AA qui sont rattachées aux Seigneurs des Mille-Îles dans le peewee et le bantam, les dirigeants classent les joueurs aux différentes positions une fois les joueurs sélectionnés à l’issue du camp d’entraînement.

Malgré ce processus rigoureux, ce qu’on peut difficilement prévoir c’est comment la chimie va opérer entre les différents individus.

Ainsi, même si le club des Seigneurs mise sur des hockeyeurs aux habiletés plus naturelles, l’équipe n’obtient pas d’aussi bons résultats que ceux de la formation des Mille-Îles. Au moment d’écrire ces lignes, en saison régulière, les Seigneurs ne comptent que 3 victoires et 5 nulles en 21 parties pour le 12e rang sur 14 clubs au classement général. Point positif par contre, la formation n’a été privée que d’un seul point franc-jeu depuis l’ouverture du calendrier régulier. Malgré tous les efforts du coach Benoit Brodeur et de ses acolytes pour remédier aux carences en terme de jeu collectif, c’est finalement un meeting commandé par les parents qui a porté des fruits.

Ainsi, au tournoi de Saint-Jérôme, en se passant la rondelle comme jamais, les représentants des Seigneurs tout comme ceux des Mille-Îles ont très bien fait en atteignant la ronde demi-finale.

Le retour en force s’est poursuivi pour les protégés de Brodeur jusqu’à la contre-performance offerte le 20 décembre face à leurs homologues des Mille-Îles. Vaincus décisivement 5-0, l’entraîneur-chef Brodeur espère que ce revers sans équivoque de 5-0 aura permis à ses joueurs de réaliser que sans un jeu collectif mieux organisé, ils deviennent des rivaux peu menaçants.

Un club bien équilibré

C’est dans une optique d’aligner l’équipe la plus homogène possible que Sylvain Deslauriers a fait ses choix lorsqu’est venu le temps de former les deux formations peewee des Seigneurs des Mille-Îles. Après un départ laborieux, les athlètes sous ses ordres lui ont donné raison d’avoir cru en eux. Poussant tous dans la même direction avec un solide esprit d’équipe, les hockeyeurs des Mille-Îles parviennent à conserver jusqu’à présent une fiche de ,500 (10-10-3), ce qui leur confère à ce jour une 7e place au classement dans la Ligue de développement Montréal-Métropolitaine. Toujours selon le coach Deslauriers, la force de son équipe provient du fait que dans tous les départements, aucune faiblesse majeure ne s’avère apparente. «En attaque notamment, c’est frappant de voir à quel point d’un match à l’autre, ce sont des gars différents qui se signalent. C’est vraiment plaisant de diriger une formation où les 17 joueurs travaillent tous très fort pour viser la réussite collective avant tout.»

À consulter le classement des meilleurs marqueurs du circuit, difficile de contredire Deslauriers, ses deux meilleurs hockeyeurs ne venant qu’aux 36e et 37e rangs.

Au niveau des gardiens de but cependant, Quentin Sercia retient davantage l’attention. Aux dernières nouvelles, il détenait la 4e meilleure moyenne de buts alloués à 1,68. Gabriel Jean partage le filet avec Sercia et ne se débrouille pas trop mal non plus. Avec une moyenne de buts alloués de 2,43, il occupe le 13e échelon.

- PUBLICITÉ -

La dernière édition

- PUBLICITÉ -
Top