- PUBLICITÉ -
Aux Jeux de Sotchi: Médaille d’argent pour Mikaël Kingsbury

Mikaël Kingsbury a remporté l'argent aux Jeux olympiques de Sotchi.

Aux Jeux de Sotchi: Médaille d’argent pour Mikaël Kingsbury

À 21 ans, Mikaël Kingsbury a remporté la médaille d’argent lorsde l’épreuve des bosses en ski acrobatique dans le cadre des Jeux olympiques de Sotchi. Celui qui a raflé l’or n’est nul autre que son collègue Alexandre Bilodeau, qui devenait en même temps le premier athlète de cette discipline à défendre son titre avec succès, car sa première médaille avait été remportée à Vancouver, en 2010.

Avec un pointage de 26,31 en finale, le Rosemèrois Bilodeau a devancé le Deux-Montagnais Kingsbury ayant cumulé un score de 24,71. Le favori de la foule, le Russe Smyshlyaev, inscrivait les 24,34 points nécessaires à l’obtention du bronze.

Alexandre avait bien amorcé la compétition, montrant ses couleurs dès la ronde de qualifications, lui qui dominait le peloton en compagnie de Mikaël. Les pointages obtenus (24,70 pour Bilodeau et 23,81 pour Kingsbury) leur permettaient alors de s’élancer après tous leurs rivaux, pour la première des trois rondes finales, dominée cette fois par Smyshlyaev. Kingsbury terminait troisième, alors que Bilodeau, non sans quelque difficulté, soit avec une perte d’équilibre à l’atterrissage du premier saut, se contentait du 8e rang.

La 2e ronde était pratiquement l’affaire des Québécois alors que Marc-Antoine Gagnon, de Terrebonne, rejoignait ses camarades en haut de peloton. Les trois ont réussi à faire la ronde ultime, soit la grande finale parmi les six meilleurs bosseurs au monde. Kingsbury a fini premier, Gagnon second, et Bilodeau troisième.

Bilodeau avait réservé ses meilleures munitions pour la ronde des médailles. Son langage corporel en franchissant la ligne d’arrivée, pendant que l’analyste de Radio-Canada osait prononcer le mot «perfection», en disait long. Quelques minutes plus tard, en entrevue, il estimait qu’il s’agissait de sa plus belle descente en carrière, ajoutant qu’il avait entrepris celle‑ci d’une façon on ne peut plus résolue: «J’étais déterminé à terminer premier… ou sixième!» a‑t‑il lancé.

Dernier à prendre la piste, Kingsbury faisait encore étalage de son grand talent, mais quelques petites fautes techniques commises ici et là ont eu raison de son rêve de médaille d’or. Pour sa part, Gagnon est venu très près de compléter un podium entièrement québécois, mais il a terminé au 4e échelon.

Les deux médaillés québécois, qui ont donné une entrevue commune, au bas de la piste, se sont échangé quelques éloges bien sentis. Pour un, Bilodeau désignait Kingsbury comme le responsable de son triomphe: «Je savais qu’il s’en venait. Depuis trois ans, il me mettait de la pression. Il m’a forcé à m’entraîner comme un déchaîné. Je dois le remercier. Regardez‑le aller maintenant. Le talent de Mikaël est exceptionnel. Il va gagner les prochains Jeux et battre plusieurs records.»

De son côté, Kingsbury reconnaissait que Bilodeau avait placé la barre très haute: «Je suis super fier de moi. Alex a fait une super grosse descente. J’avais beaucoup de pression sur les épaules. J’y suis allé pour la médaille d’or et non pas pour finir 2e ou 3e. J’ai fait de petites erreurs. Alex mérite sa médaille d’or.»

«Partir dernier en ronde ultime, c’est bon pour la stratégie parce que tu sais ce que tu dois faire pour gagner et être le meilleur, mais c’est en même temps très difficile mentalement, car il y a beaucoup de pression», de conclure l’expérimenté Alexandre, âgé de 26 ans, qui va terminer la saison en Coupe du monde, prendre sa retraite et préparer son mariage pour l’été 2014.

 

 

 

 

 

- PUBLICITÉ -

La dernière édition

- PUBLICITÉ -
Top